On les observe comme dans un bocal, ces douze adolescents colorés enfermés dans un autobus arrêté sur l’autoroute depuis des heures. Ce qui s’annonçait comme une sortie scolaire optionnelle au Biodôme se transforme peu à peu en un véritable calvaire. Il fait chaud, les jeunes s’ennuient et profitent du temps qui leur est alloué pour réfléchir à leurs relations avec les autres. Des amours secrets à la sexualité en pleine éclosion en passant par le besoin se sentir utile et d’avoir le contrôle de leur vie, une foule de sentiments aussi intenses qu’inavoués animent la petite foule au carrefour entre l’enfance et l’âge adulte qui évolue dans L’Aquarium.

Bien qu’au début le langage cliché des jeunes personnages ait de quoi écorcher les oreilles, on se prend vite d’affection pour ces êtres vulnérables mais tellement vrais qui racontent leurs rêves dans leurs mots à eux. La pièce, écrite par Olivier Sylvestre et mise en scène en collaboration avec Catherine Cédilot, allie savamment texte, chorégraphies, musique, éclairage et accessoires, et on se prend à rire aux éclats devant les moues et les répliques des personnages. Plus le temps passe, et plus les jeunes se questionnent sur leur avenir : et si la vie se terminait là, dans cet autobus arrêté en plein milieu de nulle part? Car envisager la fin pour la première fois est à la fois terrifiant et révélateur des motivations et aspirations profondes qui les animent. Un triangle amoureux à neuf participants est alors dévoilé, et la nécessité d’avouer leurs sentiments devient une priorité pour ces spécimens sous observations.

Si tous les thèmes chers à l’adolescence sont abordés, n’allez pas croire que les spectateurs plus âgés s’ennuieront pour autant. L’humour est au rendez-vous et malgré que certains traits des jeunes se rapprochent parfois de la caricature, on comprend que ce n’est que pour mieux montrer qu’au fond, ils aspirent tous à la même chose : l’impression d’appartenir au groupe et d’être aimés tels qu’ils sont. Comme tout le monde, quoi.

– Chloé Leduc-Bélanger

L’Aquarium, TUM (Théâtre Université de Montréal)

Du 14 au 22 juin au Théâtre La Chapelle dans le cadre du festival St-Ambroise FRINGE