Crédit photo : Village Scene Productions

Nous sommes en 1956, en pleine Guerre froide. Une soixantaine de femmes sont réunies pour le déjeuner de quiches annuel de la Susan B. Anthony Society for the Sisters of Gertrude Stein. On distribue l’ordre du jour, certains spectateurs sont affublés de cravates avec des noms de femmes. En fond sonore, « Que sera, sera »; les décors et les costumes d’époque complètent le tableau. Lorsque tous les spectateurs sont prêts, l’assemblée peut commencer. Qu’on amène les quiches!

5 Lesbians Eating a Quiche fait revivre ces réunions de ménagères enthousiastes pour qui le comble de l’excitation réside dans les compétitions culinaires. Solidaires malgré les rivalités, les « LadySisters » mettent tout en œuvre pour assurer le bon déroulement des opérations, du respect strict du décorum à la construction d’un abri antinucléaire. Sur scène, cinq femmes réunies par l’amour de l’oeuf rappellent la fondation de la Société par Lady Monmont, une défricheuse qui fit la découverte d’une colonie de poules et décida de s’établir au même endroit. Mais que se cache véritablement derrière la vénération de cet aliment? Si le slogan « No men, no meat, all manners » donne déjà une bonne idée des motivations de ces « veuves », il faudra attendre une attaque des Communistes et un huis-clos forcé pour que les secrets se révèlent au grand jour.

Doté d’une bonne dose d’humour noir, 5 Lesbians Eating a Quiche se joue des clichés sur les lesbiennes (on accusera certaines d’en être sous prétexte qu’elles passent la tondeuse), mais également des associations de femmes, où les couteaux volent bas mais où règne tout de même l’esprit de sororité. Derrière la façade que présentent les personnages et l’abnégation dont elles font preuve, il y a beaucoup de non-dits, voire de déni. Mais il faudra bien qu’elles l’admettent : oui, elles sont lesbiennes!

Loin de moi l’idée de vous dévoiler tous les rebondissements aussi inattendus que comiques de cette pièce d’Evan Linder et d’Andrew Hobgood. Par contre, je ne saurais passer sous silence la formidable performance des cinq interprètes. Sans un seul faux pas, elles ont offert un fantastique moment de théâtre, chacune solidement campée dans son rôle : de l’aînée sage et respectée à l’immigrante irlandaise un peu trop exaltée en passant par la distraite responsable des installations, la jeune historienne et l’irréprochable présidente, les cinq personnages ont pris vie et ont su convaincre l’auditoire grâce au talent des comédiennes.

Non seulement les blagues et jeux de mots tordus de 5 Lesbians Eating a Quiche vous feront passer un excellent moment, mais vous ne verrez plus jamais les œufs de la même façon. Profitez-en! Il reste encore quelques représentations.

Chloé Leduc-Bélanger

5 Lesbians Eating a Quiche est présenté (en anglais) par Village Scene Productions dans le cadre du festival Fringe. Mise en scène de Davyn Ryall, avec Victoria Barkoff, Kathy Slamen, Allie Shapiro, Laura Flynn et Tina Mancini. Pour tous les détails, c’est ici.