Photo : Jean-François LeBlanc

Dès l’annonce de la programmation des préliminaires des Francouvertes, à peu près un média sur deux couronnait d’avance Lydia Képinski. Du coup, la soirée où on pourrait l’entendre pour la première fois durant le concours-vitrine serait donc LA soirée à ne pas manquer, d’autant plus que les autres artistes au programme n’avaient pas l’intention de se laisser faire : on parle tout de même de Marie-Claudel Chénard, alias MCC, et d’Étienne Fletcher, qui a d’ailleurs compétitionné contre Lydia pas plus tard que l’été dernier au Festival international de la chanson de Granby. Ça promettait et, effectivement, on en a eu pour notre argent lundi soir.

Maritza

Avant de laisser place à la compétition qui s’annonçait féroce, on a invité une ex de la dix-huitième édition… nulle autre que Maritza, dont certains se souviennent de Star Académie, et d’autres pour sa performance avec Lisbonne Télégramme. Maintenant, c’est en solo qu’elle s’affirme, elle qui a lancé un premier long jeu tout récemment. Elle ne manquait pas de matériel à offrir au public du Lion d’Or, qui a accepté volontiers sa musique rythmée et entraînante aux accents soul qu’elle maîtrise très bien. Elle s’est montrée plus stressée avec la nouvelle chanson qu’elle cassait lundi, mais a bien livré la marchandise durant son bref passage de quinze minutes sur la scène du Lion d’Or, même si elle s’est mise à chanter plus en anglais qu’en français à sa dernière chanson. Le terrain était prêt pour trois performances qui allaient suivre.

Maritza / Photo : Jean-François LeBlanc

MCC

La musique de MCC a quelque chose de très différent par rapport à ce qu’a normalement à offrir un participant aux Francouvertes : alors que les autres sonnent toujours mieux en groupe, avec chaque instrumentiste ajoute sa dimension à la chanson, Marie-Claudel Chénard a débuté toute seule sur la scène du Lion d’Or, et jamais on a l’impression qu’il lui manquait de musiciens pour compléter ses arrangements! Un seul autre musicien, Jean-Philippe Levac (de Pandaléon) est venu la rejoindre pour ajouter percussions et harmonies vocales, rien de plus. C’était très doux comme performance, et le public s’était tenu tranquille pour ne rien manquer des chansons à textes de la Campivallensienne. Levac est reparti pour la dernière chanson, permettant à l’auteure-compositrice-interprète de terminer comme elle avait commencé. C’était très convaincant et le public n’a pas eu le choix d’acquiescer. Son talent lui aurait mérité une meilleure position, mais pour Les Francouvertes, la septième place après cinq semaines, ce n’est pas mauvais du tout.

MCC / Photo : Jean-François LeBlanc

Lydia Képinski

L’heure de vérité arrivait pour la colorée Montréalaise. Lorsqu’elle a commencé à jouer, c’est comme si tout le Lion d’Or avait cessé de respirer en même temps. Choix étrange pour commencer : M’attends-tu, la chanson la plus lourde et déprimante de son EP paru en grandes pompes en novembre dernier. Elle l’a d’ailleurs exécutée seule sur scène avec une basse. Après une MCC en parfait contrôle seule, on a sentie Lydia nue sur scène sans son enrobage orchestral. Ses musiciens n’ont pris la place que dans la dernière portion d’Apprendre à mentir, ce qui veut dire que c’était un choix de les garder à l’écart au début, peut-être pour « faire différent » de la version studio que tout le monde a écouté ad nauseam avant le spectacle de lundi?

Le minimaliste des arrangements du début de sa performance a aussi mis de l’avant ses faiblesses vocales : ses mélodies semblaient parfois approximatives. Ajoutons le côté frondeur de l’artiste qui ressemblait presque à de la condescendance par moments. Aucun doute à avoir : Lydia Képinski est une artiste de grand talent; elle le sait et on le sait tous, mais il demeure l’impression qu’elle n’a pas livré sa meilleure performance lors des préliminaires des Francouvertes, comme si elle savait que peu importe la façon avec laquelle elle jouerait, elle trônerait au sommet du palmarès. Pari relevé : la voilà au deuxième rang, seulement battu par Vulvets, autre sensation qui faisait jaser avant le début du concours. À deux semaines de la fin, cela veut dire qu’elle a une place confirmée pour les demi-finales, en avril : voilà sa chance de se donner pour vrai cette fois.

Lydia Képinski / Photo : Olivier Dénommée

Étienne Fletcher

On a senti une belle évolution dans la réaction du public entre le moment où le Fransaskois est arrivé sur scène et celui où il en est parti : Étienne Fletcher, que certains connaissaient pour son passage au FICG, a été très tièdement applaudi au début de sa performance, comme tout le monde avait vidé son énergie sur la précédente concurrente. Heureusement, Fletcher ne s’est pas laissé abattre et a conquis le public, une chanson après l’autre. Cela se mesurait au décibel des applaudissements, plus élevé chaque fois. Le charisme du seul artiste masculin de la soirée était rafraîchissant, et son rock bien orchestré ne manquait pas d’efficacité. Il était d’ailleurs aussi habile derrière un clavier qu’une guitare, montrant qu’il est aussi bon musicien que chanteur. Il a aussi annoncé la sortie imminente de deux EP, en français et en anglais, pour plaire eux deux marchés qu’il courtise. Ça risque d’être à suivre de près. Dommage par contre, le couperet est tombé et il est déjà exclu du « top 9 » des Francouvertes. Il en a séduit plusieurs, mais visiblement pas assez pour recevoir assez de « quatre notes » sur quatre.

Étienne Fletcher / Photo : Jean-François LeBlanc

Palmarès

Après cinq semaines de préliminaires, on commence à avoir une idée très claire du portrait qu’auront les demi-finales dans un peu moins d’un mois. Déjà, félicitons Vulvets, Lydia Képinski et Les Louanges, qui y ont une place assurée. À moins d’un grand revirement de situation, on peut supposer que Valery Vaughn et Van Carton aussi auront une deuxième chance de se faire entendre aux Francouvertes. Le destin est moins certain pour les autres, alors qu’on eu droit à de très belles performances sur scène, mais qui ne se sont pas converties en notes élevées. Était-ce le public qui a boudé les Bermudes et Étienne Fletcher pour ne nommer qu’eux ou les juges qui n’ont pas été impressionnés? Il y a des moments où on se demande si on entend la même chose que tout le monde…

Olivier Dénommée

—–

Palmarès :
1 – Vulvets
2 – Lydia Képinski
3 – Les Louanges
4 – Valery Vaughn
5 – Van Carton
6 – Shawn Jobin
7 – MCC
8 – Antoine Lachance
9 – Mélanie Venditti

À DÉCOUVRIR AUSSI :