Les préliminaires des Francouvertes se poursuivent ce lundi avec trois autres artistes qui devront tout donner sur la scène du Cabaret Lion d’Or pour gagner la faveur du public et du jury. Mais avant, Ariane RoyMoKa et Aramis ont pris le temps de répondre à nos quelques questions.

Ariane Roy

Ariane Roy / Photo : Kim Bourque

Ariane Roy / Photo : Kim Bourque

Comment résumer ton approche face à la musique?

La musique c’est un élan. Des fois tu te lèves un matin, t’as le goût d’écouter du Jean-Jacques Goldman, d’autres fois c’est du Patrick Watson. Des fois t’as le goût d’écrire quelque chose de vraiment emo, d’autres fois tu veux composer une toune funk. Oui l’identité artistique est importante, mais qu’est-ce qui fait l’identité artistique? C’est ce que tu veux dire, toi, à un moment précis, c’est ce que tu es dans l’instant. Je ne pense pas qu’il faut tout intellectualiser.

Quelle est ta carte secrète pour te démarquer lors des Francouvertes?

La reine de cœur.

Cinq minutes avant de monter sur scène lundi, qu’est-ce qui va te passer par la tête?

C’est pas très glamour mais je pense sincèrement que ce sera : « j’ai envie de pisser ».

Quelle est ta plus belle rencontre artistique de la dernière année?

Salomé Leclerc, à Petite-Vallée. Une genre de « conférence » où elle parlait de son parcours et de sa vision de la musique. Cette fille-là est tellement groundée, terre-à-terre, pis elle dégage une grande douceur en même temps. C’est aussi une excellente musicienne.

Parle-nous d’un de tes fantasmes d’artiste.

Grosse question! J’en ai beaucoup. J’aimerais ça chanter la chanson « I Heard It Through the Grapevine » de Marvin Gaye (grosse toune) en duo avec Lianne La Havas. Une de mes tounes préférées avec une de mes artistes préférées. Ça aurait été le fun avec Marvin aussi mais il est mort.

***

MoKa

MoKa / Photo : Nell Pfeiffer

MoKa / Photo : Nell Pfeiffer

Comment résumer votre approche face à la musique?

Pour nous, la musique c’est vraiment un vibe, un feeling que tu reçois ou donnes à quelqu’un. C’est un des sentiments les plus forts qu’on puisse ressentir selon nous, et de pouvoir donner ce sentiment à d’autres gens ce serait juste incroyable. La musique ça doit être authentique, vrai, et c’est pour ça que pour nous l’inspiration se force pas, soit elle vient à flot, soit elle ne vient pas et on travaille sur autre chose entre-temps.

Quelle est votre carte secrète pour vous démarquer lors des Francouvertes?

Notre superbe personnalité! Non sans blague, à part nos mélodies accrocheuses, on aime bien interchanger d’instruments et mélanger les gens. On est deux multi-instrumentistes et on joue beaucoup là-dessus sur scène.

Cinq minutes avant de monter sur scène lundi, qu’est-ce qui va vous passer par la tête?

« Bon dans quoi on s’est embarquées encore » ou « est-ce qu’on a encore le temps pour un pipi de stress »?

Quelle est votre plus belle rencontre artistique de la dernière année?

Probablement notre réalisateur, Francis Collard. Il nous a amenées à travailler tellement de choses auxquelles on n’avait pas pensé. On compose, écrit et produit toutes nos maquettes et avant on pensait que ces maquettes étaient les versions finales de nos chansons. Cependant, après les avoir retravaillées avec Francis, on voit à quel point cette collaboration-là a amené les chansons encore plus loin.

Parlez-nous d’un de vos fantasmes d’artiste.

Un de nos fantasmes serait celui de tourner en Europe et partout au Québec, d’être sur des scènes où on voit les gens chanter nos paroles, voir qu’on a réussi notre mission de créer un lien fort avec notre public.

***

Aramis

Aramis / Crédit : Jérémy Richer Légaré

Comment résumer votre approche face à la musique?

Nous approchons la musique d’une façon libre et émotive. Nous essayons de ne pas nous imposer de limites créatives et nous composons ensemble de façon collaborative.

Nous travaillons à construire un univers musical, une sphère de son où la provenance de ces sons est ambiguë.

Quelle est votre carte secrète pour vous démarquer lors des Francouvertes?

Nous sommes tous des amis de longue date et avons une très bonne chimie de groupe avec des qualités qui se complètent. Nos harmonies vocales, nos arrangements originaux et la diversité des sonorités et des influences qui composent notre musique est notre carte secrète.

Cinq minutes avant de monter sur scène lundi, qu’est-ce qui va vous passer par la tête?

Nous allons penser aux encouragements de notre metteure en scène qui est la plus grande fan de notre musique et qui nous rappelle que notre proposition musicale est mature et « solide » et que c’est seulement ça qui compte.

Quelle est votre plus belle rencontre artistique de la dernière année?

Samuel Joly, drummeur hors pair, qui a participé à la programmation des beats des nouvelles chansons. Sa venue au sein du projet nous a poussés à revoir et peaufiner nos arrangements musicaux.

Parlez-nous d’un de vos fantasmes d’artiste.

Un de nos plus grands fantasmes serait de suivre un projet qui fonctionne bien pour une tournée mondiale. Sinon, avoir nos chansons remixées par des DJ reconnus.

***

La semaine prochaine : Jessy Benjamin, La Faune et Narcisse.

Les 24es Francouvertes, du 17 février au 4 mai 2020. Tous les détails sur la programmation ici.

– Propos recueillis par Olivier Dénommée