À 21 ans, les Francouvertes s’en permettent beaucoup et essaient quelque chose de nouveau : pourquoi les blâmer? En 2016, le concours-vitrine avait introduit des performances d’artistes «hors concours», pour réchauffer la salle avant les véritables participants. C’était l’occasion d’entendre le temps de quelques chansons des artistes comme Bernard Adamus ou Les Sœurs Boulay : cette année, on retente l’expérience, mais avec des noms un peu moins gros, ce qui permet de non seulement découvrir 21 artistes participant au concours, mais possiblement sept autres qui sont peut-être passés sous votre radar.

D’ailleurs, la variété sera bien présente dans la liste des participants. Rock, pop et folk sont toujours au menu, mais on retrouve aussi du hip-hop et musique plus orchestrale. On remarque aussi une augmentation des artistes en solo dans la programmation 2017. Notez que les deux porte-paroles de l’édition sont nuls autres que Rosie Valland et Philippe Brach, qui ont tous deux eu droit à une belle carrière depuis leur passage.

Cette programmation a quelque chose de rassurant pour ceux qui suivent la scène émergente depuis un certain temps, comme plusieurs des noms de la liste sont connus à divers degrés. Déjà, celui de Lydia Képinski sort du lot : elle s’est fait remarquer à Granby et a amplement fait parler d’elle à la sortie de son premier EP à l’automne, étant parfois comparée à Klô Pelgag dans sa folie. En voilà une qui part avec une longueur d’avance dans le cœur du public.

Parmi les participants aux Francouvertes, Lydia Képinski est aisément une des plus connues

Pourtant, plusieurs autres noms risquent de retenir l’attention des mélomanes. Pensons à Mélanie Venditti, que l’on a à peu près tous entendue comme altiste, que ce soit derrière Klô Pelgag, Philippe Brach, Mathieu Bérubé ou encore Caltâr-Bateau. Voilà qu’elle se lance en solo, comme auteure-compositrice qui sait aussi prendre le premier plan. Pensons à Antoine Lachance, qui avait lancé des chansons très prometteuses et qui a remporté l’édition 2016 de Ma Première Place des Arts, en plus d’être membre fondateur de On a créé un monstre. Pensons à Les Louanges de Québec, un projet comparé parfois à Mac Demarco, qui a déjà fait vibrer quelques curieux lors de perfos ici, notamment au Divan Orange. Pensons à Van Carton, projet solo sérieux mais très audacieux de Guillaume Monette (connu pour 3 gars su’l sofa) qui risque d’être très prometteur sur scène. Pensons à Renard Blanc, groupe de « rock en spirale » associé à Saint-Hyacinthe, qui semble être particulièrement perfectionniste dans son art. Pensons à tous ces artistes encore inconnus à nos oreilles (oui, même les nôtres) qui se feront peut-être découvrir grâce à cette vitrine.

Vivement le 20 février, histoire de savoir ce que ces 21 artistes et groupes ont dans le ventre devant des juges et un public averti. Ce sera à suivre de près.

Pour la programmation complète (des préliminaires, à tout le moins), c’est ici.

– Olivier Dénommée