Les préliminaires des Francouvertes 2019 se poursuivent ce lundi, cette fois avec Olivier Lessard, le duo vice E roi et Thierry Larose. Les concurrents ont répondu à quelques questions pour nous permettre de mieux les connaître avant de monter sur la scène du Cabaret Lion d’Or.

Olivier Lessard

Photo : Jean-Philippe Sansfaçon

Ton style musical en deux mots?

Révolution et café filtre.

À quoi peut-on s’attendre de ton passage aux Francouvertes?

À être surpris, mais en douceur. À rire d’une anecdote sympathique sur ma grand-mère tout en remettant sa vie entière en question.

L’anecdote la plus folle de ta carrière?

Une fois, j’ai fait un spectacle dans un GN (grandeur nature). J’en garde un souvenir vague, j’étais avec mon ami Olivier Turcotte, on jouait dans la taverne des chevaliers, on buvait dans des bocks en bois et on improvisait sur des passages du tome 2 du Seigneur des anneaux.

Le meilleur conseil qu’on t’a donné?

Quand je me posais trop de questions l’an dernier, un ami m’a dit de m’en crisser. Y’a plein de choses dans ma vie que j’apprends à me crisser pour pouvoir mettre mon énergie à d’autres places.

As-tu une manie avant d’entrer en scène?

Je vais chiller avec les fumeux de tops dehors, même si je fume pas.

L’artiste avec qui tu collaborerais les yeux fermés?

J’aimerais ça que Julien Poulin me donne des trucs d’interprétation. C’est l’artiste (toutes disciplines confondues) qui m’a fait brailler le plus souvent dans ma vie.

Ton plus grand rêve en tant qu’artiste?

Passer la majorité de mon temps à écrire sur le bord du fleuve et sortir de mon trou pour faire des spectacles, quelques mois par année.

***

vice E roi

Photo : LeBâtard

Votre style musical en deux mots?

Jayana : Indie-folk-fusion-classico-poétique… « fuck, c’est plus que 2 mots ça… »
Guillaume : J’ai ben d’la misère à décrire notre musique en un mot malgré le terme conventionnel qu’on peut entendre, alors la décrire en deux, j’imagine pas…

À quoi peut-on s’attendre de votre passage aux Francouvertes?

Jayana : Aux Francouvertes, on va vraiment faire entrer le public dans notre univers. Avec le choix d’enchaînement des pièces, on va créer un vrai mood et c’est certains qu’on va essayer de surprendre le public par les arrangements, les contrastes et les textes de nos chansons. « Si la mélodie a l’air ben hop la vie, c’est sûrement que les paroles le sont pas pantoute haha! »
Guillaume : On a conçu notre prestation comme un mini spectacle avec une intention derrière. On veut que les gens s’accrochent dès la première toune jusqu’à la fin sans jamais quitter la ride qu’on leur propose.

L’anecdote la plus folle de votre carrière?

Jayana : La fois où j’ai rêvé à Gab desjardins, notre réalisateur aujourd’hui (sans le connaître à l’époque), pis que le soir-même je l’ai rencontré par « hasard » à Alma. PS : c’était pas un wet dream, inquiétez-vous pas.
Guillaume : Jouer dans un concours-festival sans retour de sons durant notre prestation à 8 musiciens et se faire dire à la fin que nous n’étions pas éligibles dans aucune catégorie de prix.

Le meilleur conseil qu’on vous a donné?

Jayana : Faut pas se sentir tannant quand on essaie fort et qu’on demande des conseils à nos contacts, y’a personne qui peut nous dire qu’on veut trop.
Guillaume : Il y a tellement de conseils que je ne saurais en choisir qu’un seul, par contre notre obstination à rester debout après chaque claque dans’ face qu’on peut recevoir dans ce domaine c’est les meilleurs conseils qu’on peut recevoir.

Avez-vous une manie avant d’entrer en scène?

Jayana : J’essaie de m’enlever de la tête que j’ai mal à la gorge et, justement, faut que j’aille me faire hypnotiser pour arrêter ça.
Guillaume : Je souvent envie d’aller aux toilettes. Malheureusement c’est vrai (je bois beaucoup d’eau).

L’artiste avec qui vous collaboreriez les yeux fermés?

Jayana : Louis-Jean Cormier. C’est le gars le plus rassurant au monde. Je braille tout le temps de joie quand il dit « TOUT VA BIENNNN » dans la chanson « Traverser les travaux ». Et je l’admire comme artiste tout simplement.
Guillaume : À une époque (comme si j’étais vieux, non?!), j’aurais répondu Klô Pelgag, L-J Cormier ou Phil Brach, mais récemment, j’ai découvert Blaise Borboën-Léonard qui a notamment collaboré sur l’album de Lydia Képinski, et depuis ce jour, je voudrais faire un album avec lui comme arrangeur, réal ou whatever.

Votre plus grand rêve en tant qu’artistes?

Jayana : Je veux être capable de faire ¾ de la musique et ¼ autre chose, genre être sponso pour une marque de smoothie ou ben animer des soirées cools. Pis si je peux faire 4/4 de la musique, ben c’est encore mieux.
Guillaume : Vivre de la musique c’est un but, sinon je sais que je ne pourrai jamais me passer d’être sur une scène. Moi dans une foule, je suis le plus stressé du monde, mais drop-moi sur une scène et je peux faire n’importe quoi, tout est à ma portée. C’est comme un paradis, une idylle, une paire de pantoufle.

***

Thierry Larose

Photo : Marianne Boucher

Ton style musical en deux mots?

Kitchen-rock. 😊

À quoi peut-on s’attendre de ton passage aux Francouvertes?

Beaucoup de true feelings (nom commun/précepte duquel je ne jure que par). Un set de 5 chansons que j’ai écrites, puis retravaillées avec les amis qui forment mon band (allô Marie-Claudel, Cao et Baumans xx).

L’anecdote la plus folle de ta carrière?

Elle ne fait que commencer, faut me laisser une chance!

Le meilleur conseil qu’on t’a donné?

Assumer le plus possible d’humanité, voilà la bonne formule, disait Gide. Je vais faire comme s’il m’avait dit ça à moi.

As-tu une manie avant d’entrer en scène?

Pas vraiment – sauf peut-être celle d’oublier mon verre d’eau.

L’artiste avec qui tu collaborerais les yeux fermés?

Ma réponse à cette question change à tous les jours. Aujourd’hui, je dirais Fanny Bloom. Hier, c’était Rivers Cuomo. Demain, ce sera Anne Sylvestre ou Kanye West.

Ton plus grand rêve en tant qu’artiste?

Contribuer et rendre hommage à la tradition de la chanson, que j’admire tant. J’y parviendrai le jour où j’aurai écrit une grande chanson, digne d’être reprise par tous les grands, puis massacrée par tous au karaoké et/ou à La Voix. J’ai très hâte. 😊

***

Il sera possible d’entendre tous ces artistes sur la scène du Lion d’Or ce lundi 11 mars, à compter de 20 h. Mais avant, ce sera au tour de l’ex Juste Robert (qui a participé à la 21e édition des Francouvertes) se réchauffer la salle. La semaine prochaine, au tour de Kirouac & Kodakludo, de O.G.B. et de Suprême Sans Plomb de se prêter au jeu.

Les préliminaires des 23es Francouvertes, du 18 février au 1er avril 2019. Pour toute la programmation, c’est ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À LIRE AUSSI :