La 23e édition des Francouvertes bat son plein! Après avoir reçu les confidences de Miles Barnes, David Campana, Shotto Guapo et Major et Marie-Gold, place à ceux qui seront sur scène pour la deuxième soirée qui se tiendra ce lundi 25 février au Cabaret du Lion d’Or : Anaïs Constantin, Foisy et Simon Daniel. À go, on part!

Anaïs Constantin

Crédit : Julie Blanche

Ton style musical en deux mots?

Chanson-indie-folk-queb-sans-prétention.

À quoi peut-on s’attendre de ton passage aux Francouvertes?

Ça va être assez minimaliste. Pas de paillette, pas de cascade (j’espère!), pas de flafla. Juste moi, ma guitare électrique ténor-bariton, Émilie, sa guitare sèche, nos voix sans artifice et des histoires de mon quotidien. Vous pouvez vous attendre à une performance sincère.

L’anecdote la plus folle de ta carrière?

Il n’y a pas très longtemps, je jouais à librairie St-Jean-Baptiste à Québec et j’avais préparé pour le fun une reprise d’Ève Cournoyer. Quand j’ai présenté la chanson, j’ai entendu une forte réaction dans la « salle ». J’ai demandé à la fille en question si tout était correct… Elle m’a répondu que oui, qu’elle était une très proche amie d’Ève et que c’était la date anniversaire de sa mort cette journée-là. Elle était sortie pour se changer les idées. Je n’en savais rien. Disons que c’était loadé quand j’ai chanté la toune ; un beau moment.

Le meilleur conseil qu’on t’a donné?

De chanter en anglais. De faire La Voix. D’être plus féminine. De faire plus de concours… Il y a aussi une tireuse de cartes qui m’a dit de continuer à douter.

As-tu une manie avant d’entrer en scène?

Non. Est-ce qu’il faudrait?

L’artiste avec qui tu collaborerais les yeux fermés?

Marjolaine Beauchamp. Je ne sais pas quelle forme ça pourrait prendre, mais ça y est, c’est lancé dans l’univers. J’aimerais vraiment ça.

Ton plus grand rêve en tant qu’artiste?

J’aimerais bien voyager avec ma musique, même si ça pollue la planète. Sinon habiter en campagne avec des poules, un studio plein de lumière et plein de temps pour juste jouer de la musique et faire du ski de fond, j’avoue que ça serait débile.

Foisy

Crédit : Jean-Philippe Sansfaçon

Ton style musical en deux mots ?

Folk tannant.

À quoi peut-on s’attendre de ton passage aux Francouvertes?

Je crois qu’on peut s’attendre à beaucoup de nouveau matériel et des versions revisitées de certaines chansons du EP. J’essaie vraiment d’être le plus libre possible à travers les nouvelles chansons que j’écris. Alors j’espère que ce sera un heureux mélange entre Nirvana, les Backstreet Boys et Jean-Pierre Ferland. D’ailleurs, la ressemblance entre mon batteur Vincent Ravary et Nick Carter est hallucinante.

L’anecdote la plus folle de ta carrière?

Je dirais mes chansons qui passent à Occupation Double. C’est un peu comme un rêve de jeunesse qui s’est réalisé. C’est en voyant les images des candidats dans le spa sur mes chansons que j’ai compris qu’il ne faut jamais arrêter de croire en ses rêves.

Le meilleur conseil qu’on t’a donné?

« Tu devrais essayer de mettre une tranche de fromage sur tes toasts au beurre d’arachide. »

As-tu une manie avant d’entrer en scène ?

C’est un peu cliché, mais j’aime prendre le temps de dire à mes musiciens que je les aime gros comme le monde. Ce sont des humains talentueux et magnifiques et aussi très occupés. Alors qu’ils prennent le temps de croire au projet et de venir jouer avec moi en échange de deux pintes dans un bar vide de région, c’est une solide démonstration d’amour.

L’artiste avec qui tu collaborerais les yeux fermés ?

Salomé Leclerc, pour la sensibilité hallucinante. Gilles Vigneault, pour la richesse de la plume. Eminem, juste pour le show.

Ton plus grand rêve en tant qu’artiste ?

Je souhaite que l’art occupe une plus grande place dans le cœur et dans la vie des gens. L’art est d’une puissance infinie pour se battre, pour s’aimer et se rencontrer. Aussi, faire des spectacles dans des grands stades pour entrer sur scène en voiturette de golf avec un lance-flammes.

Simon Daniel

Crédit : LePetitRusse

Ton style musical en deux mots?

Pop cosmique.

À quoi peut-on s’attendre de ton passage aux Francouvertes?

De la musique en chiac. Worry pas.

L’anecdote la plus folle de ta carrière?

La fois que j’ai joué avec Roch Voisine. C’était wild.

Le meilleur conseil qu’on t’a donné?

D’être patient. Ça va venir.

As-tu une manie avant d’entrer en scène?

Je fais « brrrrrrr ».

L’artiste avec qui tu collaborerais les yeux fermés?

Simon Jutras AKA. McLean

Ton plus grand rêve en tant qu’artiste?

Payer ma rent.

Les préliminaires des 23es Francouvertes, du 18 février au 1er avril 2019. Pour toute la programmation, c’est ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À LIRE AUSSI :