Les préliminaires de la 23e édition des Francouvertes sont à peine derrière nous que les demi-finales nous attendent au détour : des 21 candidats, neuf se sont taillés plus place pour tenter de convaincre une fois de plus public et juges de les faire avancer à la ronde ultime.

Il est toujours intéressant de jeter un œil aux forces en présence et de voir ce qui permet à tous les demi-finalistes de se démarquer. Pendant les préliminaires, je m’étais intéressé à ce qu’une bonne partie des participants avaient enregistré à travers des critiques publiées sur le blogue Critique de salon, mais aux Francouvertes, on se démarque aussi par une approche particulière face à la musique, un créneau peu commun ou une énergie unique sur scène. Voyons ce que les neuf ont à offrir pour rester dans la course!

Anaïs Constantin

Celle qui a longtemps été accompagnatrice pour d’autres artistes ne manque pas d’expérience de scène, et encore moins de talent et d’authenticité. Cela s’entend d’autant plus dans les chansons plus douces de son répertoire. Son EP En face de chez Line (2017) commence à dater, mais j’en avais notamment retenu ceci : « Un folk penchant plus du côté sombre que de la lumière n’est évidemment pas quelque chose de rare, mais le traitement que fait Anaïs Constantin de ces chansons poétiques, souvent fragiles et dénudées, nécessite bien quelques bonnes écoutes pour apprécier l’énergie mise pour créer cette ambiance parfois déstabilisante. » Sur scène, elle a montré que ses chansons avaient gagné en maturité et qu’elle a su fait évoluer ses arrangements lorsque nécessaire. Et visiblement, le public et le jury ont été charmés par cette proposition particulière en ronde préliminaire!

P’tit Belliveau et les Grosses Coques

Juste le nom ce groupe entre bluegrass et country nous laissait entendre qu’on aurait droit à quelque chose de plutôt unique, et on n’avait pas tort! Le Néo-Écossais P’tit Belliveau est de cette mouvance des artistes qui ne se prennent pas trop au sérieux, mais qui livrent une musique ludique, dansante et réglée au quart de tour. Son alliance avec ses musiciens (les Grosses Coques) semble s’être fait naturellement à en croire la qualité de la prestation livrée pendant les préliminaires. Pas surprenant qu’il se soit retrouvé si haut dans le classement.

Thierry Larose

Thierry Larose n’est pas très vieux et n’a pas encore enregistré beaucoup de musique, mais ça ne l’empêche pas d’avoir une assurance désarmante lorsqu’il monte sur scène. C’est du moins ce qu’il dégageait lors de son interprétation de ses chansons aux préliminaires, dont Cantaloup. Quand le talent et l’attitude sont au rendez-vous, le succès risque de ne pas être très loin. On ne sait pas comment se terminera ce concours pour Larose, mais à coup sûr il fait une forte impression sur l’industrie et ne peut que gagner en maturité et en expérience au terme de l’aventure.

Comment Debord

J’avoue, j’ai eu un petit faible pour la musique que j’ai entendue de Comment Debord. Mixtape no. 1 (2018) est bref, mais il a très bien touché sa cible, notamment grâce à sa musique rétro catchy et ses thèmes au contraire très actuels. « Le contraste entre la musique relativement fidèle à ce qui aurait réellement pu être composé il y a 40 ans et les paroles beaucoup plus modernes dans leur approche nous semble un filon intéressant que Comment Debord aura amplement l’occasion d’explorer dans le futur », avais-je souligné. Et, assumons-le, le groupe a particulièrement assuré à son dernier passage sur la scène du Lion d’Or avec son énergie contagieuse. Nos attentes sont élevées pour la suite des choses!

O.G.B.

Après avoir remporté les grands honneurs l’année dernière, le collectif hip-hop LaF en a certainement inspiré plusieurs à tenter leur chance aux Francouvertes. O.G.B. fait partie de ces groupes qui ont une énergie et un charisme irrésistibles sur scène et qui sont capables de créer un album-concept assumé et réussi, comme ça avait été le cas avec le EP Fruit jazz (2018) qui parlait de… fruits. Si la moitié des pistes était le fruit (pardonnez le jeu de mots!) d’une collaboration, force est d’admettre que le septuor sait très bien livrer la marchandise sans aide extérieure. On s’attend à autant d’assurance pour la suite des choses.

Dear Denizen

Déjà, la proposition musicale de Chris Ngabonziza et de son projet Dear Denizen ne manque pas d’originalité et de diversité musicale. Mais là où le groupe a certainement le plus convaincu les gens, c’est par son énergie et l’intensité mise dans l’interprétation. Il me semble que l’on se met à suer juste à regarder la vidéo de sa performance! Finalement, il faut dire que ce n’est pas la première ni la dernière fois que l’on voit un personnage aussi extravagant sur la scène des Francouvertes… Que Dear Denizen soit porteur d’un message d’espoir, chose dont on commence à avoir sérieusement besoin en 2019, nous fait franchement du bien.

David Campana, Shotto Guapo et Major

Dans le questionnaire que David Campana, Shotto Guapo et Major ont rempli avant leur première performance aux Francouvertes, les trois avaient répondu des choses sensiblement différentes. Et pourtant, ils ont fait preuve d’une belle cohésion et d’une complicité sur scène, comme s’ils travaillaient ensemble depuis toujours. On ne se le cachera pas, le hip-hop et le trap ont le vent dans les voiles ces dernières années, mais le jeune trio a laissé les influences de chacun de ses membres colorer sa musique sans négliger l’importance du message engagé, donnant un résultat qui a convaincu public et jury.

Alex Burger

Quand j’ai écouté le EP À’ment donné (2018), je n’avais pas été complètement convaincu par la trop grande diversité musicale dont faisait preuve Alex Burger, que plusieurs ont connu dans Caltâr-Bateau. Se qualifiant comme un musicien de « rock’n’drôle », il touche au rock, au blues, au country, à la pop… Mais sur scène, les doutes semblent se dissiper : Burger est vraiment à l’aise dans tous ces univers et se les approprie avec un grand naturel. Cette diversité bien assumée et son attitude laid-back seront peut-être ses plus grands atouts pour la suite de l’aventure.

Poulin

Dans une autre vie, j’ai connu la musique de Valérie Poulin, que j’avais entendue en formule acoustique sur la scène du défunt Divan Orange. Déjà à l’époque, on sentait ses aspirations rock derrière son jeu tendant plutôt vers le folk et le blues. Depuis que Valérie a pris le bord, Poulin assume pleinement sa nouvelle direction musicale, plus chargée et intense, et il faut dire que ça lui va très bien.

Ce sera trois soirées de musique très intenses cette semaine pour les demi-finales des Francouvertes, au terme desquelles on connaîtra les trois grands finalistes. Chaque soir, un ex se fera aussi entendre pour réchauffer la salle avant les fameuses performances. Lundi, ce sera Laura Babin; mardi, les sœurs Boulay; et mercredi, Mélanie Venditti.

Les demi-finales des 23es Francouvertes, du 15 au 17 avril 2019. Pour toute la programmation, c’est ici.

– Olivier Dénommée

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À LIRE AUSSI :