C’était jour de foule modérée aux Francos, comme c’est souvent le cas les lundis, de manière générale. Nous avons pris une pause, Mélissa, la rédactrice en chef des Méconnus, et moi, entre Zen Bamboo, charmant avec son énergie inépuisable et avec son concerto de couvre-chefs qui revolaient de tous bords, et le spectacle de Valery Vaughn à la Scène SiriusXM.

Pendant qu’on s’ébahissait de la foule désormais renouvelée des Francos, formée d’une nouvelle génération de festivaliers, se sont levées les premières notes décapantes du duo alternatif-rock à tangente punk, Valery Vaughn, formé de Vincent Huard-Tremblay (basse, voix) et Victor Tremblay-Desrosiers (batterie).

Il n’a pas fallu beaucoup de temps avant qu’un premier invité de marque les rejoigne sur scène « Il mange des tomates bio, accueillez le magicien Olivier Langevin ». Le match était d’une limpidité désarmante, puisque Valery Vaughn s’inscrit de toute évidence comme la descendance des Gros Méné, Galaxie et autres fiers représentants du son du Lac. La guitare de Langevin s’est mêlée organiquement à la musique alors que le trio entonne « J’ai pas intérêt à rester icitte, j’ai pas intérêt à rester icitte, tu vas trop loin j’ai peur de la suite », de la pièce Pablo Placard.

Langevin a laissé sa place à David Marchand le temps de deux chansons, devant une foule électrique. Laurence-Anne lui a emboîté le pas avec sa longue tignasse blonde et sa voix cristalline, qui contrastait avec l’ambiance pesante des matins qui goûtent la gueule de bois. C’est en sautillant joyeusement qu’elle s’est lancée avec Toi + Moi = <3 / X. La complicité était palpable. Ils avaient du fun et nous aussi. La chanteuse s’est éclipsée un instant et on a senti la frénésie d’un mosh pit poindre quand Huard-Tremblay s’est écrié « Papa, tasse-toi du milieu, tu vas te faire mal », tout juste avant d’entamer la chanson Pourquoi.

Un petit groupe de fans, qui se trouvait à l’avant, s’obstinait bruyamment à savoir lequel du duo était le plus hot. Visiblement amusé, le band s’est prêté au jeu, pour ensuite s’époumoner « Arigato, sayonara! Merci Bonsoir. Sexy sexy sexy », sur ***VV***. Et venant de nulle part, a surgi Mara Tremblay, tel un aigle noir armé de son violon. Victor Tremblay-Desrosiers était visiblement heureux de partager ce moment avec sa mère à ses côtés. Le duo a partagé le spotlight avec cette dernière, le temps d’interpréter Elvis, également accompagné d’Olivier Langevin, David Marchand et Laurence-Anne. Une belle rencontre artistique.

Le spectacle s’est conclu sur Vénus de Gros Méné, avec Langevin à la guitare, devant les quelques 200 personnes totalement conquises attroupées sur le ciment. On salue l’aisance scénique, le ton moqueur et l’efficacité de livraison de Valery Vaughn, que nous suivrons avec grand intérêt.

Suivez notre couverture du festival ici!

Audrée Loiselle

Francos de Montréal, du 8 au 17 juin 2018. Pour toutes les informations, c’est ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :