Photo : Benoit Rousseau

Pour clore en force sa 30e édition, Les Francos de Montréal ont misé sur deux spectacles hommages dimanche. Si on a finalement manqué celui que Yann Perreau et ses amis ont fait à Jacques Higelin, on ne pouvait pas manquer celui fait à Luc Plamondon, sommité de la musique québécoise qui était d’ailleurs aux premières loges pour apprécier le spectacle. Les attentes étaient particulièrement élevées pour La musique de STONE.

Premier constat : la foule, quoique bien au rendez-vous, était loin d’être aussi compacte que lors de l’énorme spectacle de Dead Obies quelques jours plus tôt. Tant mieux, on pourrait apprécier le spectacle sans se piler sur les pieds. Second constat : alors que tous les spectacles étaient réglés au quart de tour et commençaient pile à l’heure, celui-ci s’est laissé désirer pendant 10 minutes. Mais vu l’organisation titanesque derrière, on peut assez aisément pardonner ce léger retard. Troisième constat : quand Laurent Saulnier a annoncé le début du spectacle La musique de STONE, certains l’ont pris au sérieux et se sont empressés de s’allumer un joint. C’est concept.

Le spectacle a démarré avec conviction avec Le parc Belmont chanté par Martha Wainwright, mais c’est à Oxygène que les arrangements ont commencé à frapper le plus fort, mettant en valeur la voix de Betty Bonifassi. Le spectacle offrait une belle alternance entre morceaux intenses et chansons plus douces. Le monde est stone, chanté par Beyries, était suivi de l’énergique Lili voulait aller danser, appuyé par l’hyperactive La Bronze.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Marie-Pierre Arthur a eu la chance de voler la vedette à deux reprises durant l’hommage, interprétant Ma mère chantait toujours (avec la collaboration du Chœur des jeunes de Laval) puis Je danse dans ma tête, où elle s’accompagnait simultanément à la basse. Derrière les talentueuses chanteuses (oui, que des femmes!) se cachaient une douzaine de musiciens d’une rare efficacité qui rendaient avec une précision chirurgicale les arrangements de Jean-Phi Goncalves, lui-même derrière les tambours. Le seul bémol qu’on trouve à dire, c’est que parfois on perdait un peu la voix des chanteuses solistes dans le mix.

La fin du spectacle était composé de chansons qui ont pour la plupart marqué le public de différentes façon : Tiens-toi ben, j’arrive! (interprété par Catherine Major) est un peu l’intrus du projet, n’offrant aucune mélodie mémorable qui a traversé le temps comme les autres titres retenus. Quant au Blues du Businessman joué par Safia Nolin, elle n’est pas sortie de sa zone de confort alors que la plupart des autres chanteuses ont osé davantage. Mais la cerise était assurément SOS d’un terrien en détresse, dont la version chantée par Ariane Moffatt a fait tomber plusieurs mâchoires.

Jean-Phi Goncalves et Luc Plamondon / Photo : Frédérique Ménard-Aubin

Après des remerciements bien sentis de la part de Jean-Phi Goncalves, Gabrielle Shonk est revenue sur scène (elle avait chanté au début du spectacle) pour une dernière chanson en solo avant que toutes les femmes viennent conclure avec L’hymne à la beauté du monde. Luc Plamondon a aussi été invité sur scène pour recevoir tout le love qu’il méritait du public. Le tout s’est terminé vers 22h30. En consultant l’album Stone – Hommage à Plamondon qui a été lancé il y a quelques semaines, on constate que le spectacle présentait l’album dans son intégralité à l’exception de Les sans-papiers. On comprend que personne n’a été game de reprendre les lignes de la soprano Marie-Josée Lord! À part elle, il manquait Milk & Bone et Marie-Mai, mais toutes les autres – Martha Wainwright, Betty Bonifassi, Beyries, Marie-Pierre Arthur, Klô Pelgag, Valérie Carpentier, Catherine Major, Safia Nolin, Ariane Moffatt et Gabrielle Shonk – ont bel et bien répondu à l’appel et ont joliment livré la marchandise. L’équipe derrières Les Francos peut être fier de la conclusion de cette 30e édition.

Bon, maintenant, on commence à se préparer mentalement au FIJM qui commence déjà dans une semaine et demie.

– Olivier Dénommée

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :