Crédits: Thomas Dufresne

Deuxième journée de cette 12e édition du Festival de musique émergente, la soirée s’annonce évidemment plutôt bien remplie. Comme si on pouvait faire autrement ici. Après un tour rapide pour prendre le pouls du festival et de la soirée qui s’amorce, on se dirige vers notre premier arrêt: l’Agora des Arts.

Programme triple à l’Agora des Arts : Blood and Glass, The Feather et Fontarabie

La soirée s’amorce avec Blood and Glass. Le groupe fait une entrée en matière tout en douceur, avant de déchaîner leur pop électro, alourdie à souhait par les arrangements de François Lafontaine (Karkwa), invité de choix au clavier s’il en est un. La chanteuse Lisa Iwanycki (Creature) envoûte le public par ses danses tantôt fluides, tantôt saccadées, ainsi que par son univers éclectique et onirique. On se laisse emporter sans résister une miette par les envolées musicales nombreuses et captivantes, peut-être pas tout à fait étrangères à la présence de Lafontaine, qui maîtrise comme toujours parfaitement l’art de créer des build-up pas possibles, de ceux qu’on voudrait bien voir s’étirer longtemps. La combinaison leur réussit bien, il va sans dire.

Sur scène, on retrouve The Feather, venu de l’autre côté de l’océan pour se produire au FME, puis en quelques endroits à venir au Québec. Le groupe folk-pop belge, projet de Thomas Medard (chanteur et guitariste pour la formation Dan San), vient tout juste de lancer son album Invisible au Québec et amorce une petite tournée dans le coin. Et tout ça commençait en beauté à l’Agora des arts, où l’univers à la fois mélancolique et ensoleillé du groupe n’a pas manqué de nous amener ailleurs.

C’est ensuite au tour de Fontarabie de débarquer sur scène. Fontarabie, projet solo de Julien Mineau (Malajube), c’est un monde en soi, des airs de trame sonore cinématographique et orchestrale, une musique planante, une symphonie tourmentée qui impressionne. Sur scène, les musiciens livrent la performance devant un public visiblement conquis d’avance.

Direction show secret: Louis-Philippe Gingras

La rumeur court, le petit gars du coin, le Rouynorandien Louis-Philippe Gingras, offrira une prestation extérieure, et c’est donc là qu’on se dirige ensuite sans hésiter. Accompagné sur la petite scène par Dany Placard à la basse et Mathieu Vézio à la batterie, les trois garçons s’amusent visiblement beaucoup et leur plaisir est contagieux malgré la pluie froide qui tombe d’abord timidement, pour finalement se déchaîner. Si cette dernière fait fuir une partie des festivaliers, les nombreux autres font fi des éléments pour profiter du spectacle et se trémousser au son des chansons de son album Traverser l’parc, et ils auront eu bien raison de le faire. Son folk à la facture tantôt rock, tantôt vaguement blues, doublé d’une poésie franche qui amuse et séduit sans tarder, lui réussit à merveille.

Et pour finir la soirée…

La nuit se poursuit en divers endroits. Au Cabaret de la dernière chance, c’est Red Mass, Les 222 et The Vibrators qui prennent la scène devant une salle bien remplie et bien réchauffée. Au passage, on s’arrête dans la ruelle du Cabaret pour se laisser tenter par l’ambiance festive malgré la pluie et la bouette, gracieuseté de Docteur V. Au Diable Rond, on retrouve Mark Sultan et Oktoplut, tandis que sur la scène Paramount, les festivaliers ont droit à une prestation attendue de Thee Silver MT. Zion Memorial Orchestra.

_TOM7611

Crédits: Thomas Dufresne

À surveiller aujourd’hui

C’est un samedi extrêmement divertissant qui nous attend. Le talentueux groupe The Feather, qu’on a pu découvrir hier soir à l’Agora des arts, s’est déjà produit cet avant-midi aux Promenades du cuivre. Pour les friands d’électro, Mozart’s Sister et Propofol seront en direct de la 7e rue vers 14h. Et que dire du 5 à 7 Québecor, qui propose une charmante combinaison de rock, folk-pop, jazz et indie folk. Les amateurs de musique pourront alors se rendre dans les divers spectacles gratuits de Clement Jacques, Laetitia Shériff, Dan Thouin Organ Trio, Benoît Paradis Trio, Les Hay Babies et Secret Sun.

Par la suite, à 20h, ceux qui désirent entendre du classique et du pop seront servis à l’Agora des arts avec les performances de Philémon Cimon, Martin Lizotte et Arthur H. Sinon, le rock et le blues seront à l’honneur au Petit Théâtre du Vieux Noranda avec Daddy Longs Legs (tout droit débarqué de New York), Miriam et The Ding-Dongs. À 21h, une ambiance hip-hop se fera sentir sur la Scène Paramount alors qu’à 23h, c’est le duo montréalais Les Deuxluxes (formé d’Anna Frances Meyer et Étienne Barry) qui prendra d’assaut la 7e rue.

Les fins de soirée animées du FME n’échapperont pas à la règle avec les performances de PyPy (scène Évolu-Son), Le Trouble (Cabaret de la dernière chance) ainsi que Mark Sultan et Oktoplut (Diable rond). Comparativement aux autres soirées du festival, qui clôturent la journée vers 1h du matin, le samedi est la soirée des couche-tard. Le dernier spectacle de la soirée, qui se veut être la Nuit Électro NRJ, enflammera le Petit Théâtre du Vieux Noranda en compagnie de Millimetrik, The Hacker et Surfing Leons. Si on tient encore debout après cette journée mouvementée, on pourra vous livrer notre compte-rendu d’aujourd’hui!

Les spectacles cachés: une merveille

Ce qui est fabuleux avec le FME, ce sont les surprises que nous réservent les organisateurs de l’évènement. Bien sûr, il y a la programmation principale qui nous informe des spectacles offerts durant les quatre jours du festival, mais il y a également de nombreux shows cachés dont nous découvrons l’existence via les réseaux sociaux, ou simplement en se promenant sur le site du FME.

Jeudi soir, les fans de Dear Criminals ont été choyés par la présence inattendue de leur groupe favori, qui a offert un spectacle sur la presqu’île. Hier soir, c’était au tour de Louis-Philippe Gingras d’offrir une performance à l’espace Lounge Hydro-Québec, accompagné de Mathieu Vézio et de Dany Placard. Ce dernier a d’ailleurs livré ses succès devant les lettres FME et tourne son prochain clip en direct du festival. Ça promet!

Bon, nous quittons nos ordinateurs! La pluie et le froid de Rouyn-Noranda n’auront pas raison de nous. À suivre demain!

– Marie-Eve Leclerc et Annie Dumont, texte à quatre mains

Quelques références:

Blood and Glass

http://www.bloodandglass.com/

http://bloodandglass.bandcamp.com/

The Feather

http://thefeatherbe.bandcamp.com/album/invisible

Pour les voir en shows : le 31 août à Gatineau (Petit Chicago), le 2 septembre à Montréal (Divan Orange) et le 3 septembre à Québec (Le Cercle).

Fontarabie

http://fontarabie.bandcamp.com/releases

Louis-Philippe Gingras

http://louis-philippegingras.bandcamp.com/