Photo : Marie-Noëlle Cloutier

À la fin d’un FIJM divertissant mais quelque peu épuisant comme celui-ci, on peut souvent s’attendre à une baisse de régime surtout lors des derniers spectacles. C’est en tout cas quelque chose qu’on a pu remarquer à plusieurs reprises au fil des précédentes éditions avec un public moins motivé et pas toujours au rendez-vous jusqu’à la fin. Malgré ce risque, le spectacle Intersections du Emie R Roussel Trio était présenté à la toute fin du festival, samedi à L’Astral. Agréable surprise, le public a bel et bien répondu à l’appel, au grand plaisir de la pianiste.

Intersections est paru l’automne dernier et a largement eu le temps de gagner en maturité avant ce spectacle. Emie Rioux-Roussel en a profité pour expliquer à la foule attentive le concept derrière le projet : chaque composition est en fait inspirée par un lieu, une anecdote ou une collaboration qui a été marquante pour le trio ou un des musiciens. Nicolas Bédard (contrebasse, basse électrique) et Dominic Cloutier (batterie), complices de la pianiste, ont aussi été largement impliqués dans les compositions. Trois collaborations ponctuent l’album : le trompettiste Lex French, le bassiste Norman Lachapelle et la chanteuse Malika Tirolien.

Après quelques dizaines de minutes de musique précise et bien ficelée en trio, la pianiste a confirmé que les collaborateurs étaient eux aussi au rendez-vous, transformant le trio en quatuor le temps de trois pièces où la complicité était bien présente et fort appréciée du public. On a eu un petit faible pour le charisme resplendissant de Malika Tirolien qui a particulièrement brillé dans la seconde moitié du spectacle. Dommage, ces musiciens quittaient la scène aussi vite qu’ils sont arrivés alors qu’on en aurait voulu davantage! Comme si Emie R Roussel avait entendu nos demandes, elle a invité de nouveau les trois collaborateurs en même temps pour interpréter ensemble une compo de Norman Lachapelle, Délit mineur, où tout le monde a eu l’occasion de briller une dernière fois! Beaucoup d’excellents solos ont été entendus, mais on retient surtout la grande complicité entre les musiciens et leur plaisir contagieux sur scène. Voir Intersections sur scène a donné un sens supplémentaire à l’album qui marque déjà très bien l’évolution du trio depuis sa fondation en 2010.

Après un rappel bien mérité, le public a quitté L’Astral satisfait de ce dernier rendez-vous jazz. Pour plusieurs, c’était aussi la conclusion du 39e FIJM et on pouvait difficilement demander mieux pour finir le tout en beauté.

La barre risque d’être haute pour l’an prochain, mais aucun doute que le Festival aura encore quelques surprises pour nous.

– Olivier Dénommée

Le Festival International de Jazz de Montréal, du 28 juin au 7 juillet 2018. Pour toutes les informations, c’est ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :