Crédit photo : Adad Hannah, représenté par Pierre-François Ouellette art contemporain.

Les grands loups du FNC n’ont pas froid aux yeux! Du 9 au 20 octobre, le tapis se déroule pour 273 films, venant de 47 pays. Contrairement aux autres années où les grands crus entraient solennellement sur les écrans du festival, cette année on se doit d’être un peu plus autonome et curieux. Outre-le Triptyque de Robert Lepage et Pedros Pires, en ouverture, le très attendu Tom à la ferme de notre cher Xavier, le nouveau Atom Egoyan, membre du comité d’honneur du festival, ainsi que Le démantèlement de Sébastien Pilote, on se doit de trouver notre instinct de chasseur cinéphile et partir à l’aventure à travers la programmation.

Afin de vous mettre en appétit, vous pouvez commencer votre route dès maintenant avec les cartes blanches disponibles sur le site du FNC. Chloé Robichaud, Sophie Goyette, Olivier Godin, Mariana Gaivao, Jessica Lee Gagné (de l’agence Triptyque), et du collectif En Masse vous proposent des courts métrages. Vous les retrouverez sur grand écran durant le festival également.

Soyons fous!

Du réalisateur disjoncté, Alejandro Jodorowsky qui présente La danse de la réalité, jusqu’à l’œuvre Brigitte Fontaine – Reflets et crudité, évoquant l’artiste française délirante, on devrait en avoir en masse pour s’éclater. Ajouter à ça une présentation spéciale intitulée En compagnie de Melissa Auf  Der Maur qui puisse dans l’intime de l’ancienne bassiste du groupe Hole et fille du défunt Nick Auf Der Maur, ancien journaliste à The Gazette qui a également été conseiller municipal à Montréal. Dois-je vraiment en rajouter? OK. Alors, les hommages aux réalisateurs Jonas Mekas, critique, professeur et grand gourou du cinéma marginal ainsi que Les Blank, documentariste étasunien devraient être des plus jouissifs.

Et ce n’est qu’un début! Je vous reviendrai sous peu pour en rajouter!

À votre instinct et bon festival!

– Julie Lampron