J’ai une amie soreloise. Dora, que je l’appelle.

Quand j’ai rencontré Dora, il y a un peu plus d’un an, elle travaillait sur la 5e édition du FAST. En fait, non ; elle se préparait simplement à y être bénévole. Mais l’enthousiasme avec lequel elle en parlait, l’énergie qu’elle y mettait me laissaient croire que c’était plus important pour elle qu’un simple engagement communautaire. C’était une fierté.

La semaine dernière, Dora m’a reparlé du FAST. C’est la 6e édition. Tu pourrais l’annoncer, qu’elle m’a dit, ce n’est pas nécessairement très connu à Montréal. Voici donc.

Le FAST, c’est le Festival d’art émergent de Sorel-Tracy. Ça se passe, cette année, du 14 au 17 août, dans quelques hot spots sorelois : café, galerie, brasserie artisanale. Les porte-paroles, c’est Random Recipe. L’équipe d’organisation, c’est plein de jeunes accros à l’art, fiers et enthousiastes comme Dora.

L’art émergent, c’est vaste ; la programmation du FAST aussi. Des shows de musique, évidemment, mais aussi des projections de courts métrages, des expos d’arts visuels, du théâtre, du slam, des performances diverses. Les films seront projetés en boucle tout au long du festival ; impossible donc de les manquer. Le volet arts visuels inclut des photographies, illustrations, objets. Une création de toile en direct. Côté lettres, une joute de slam. Des pièces de théâtre sur une scène extérieure. Tout ça, fraîchement extirpé de l’esprit d’artistes de la relève qu’on ne peut que vouloir encourager.

La programmation met l’eau à la bouche : aRTIST oF tHE yEAR, Anaïs Barbeau-Lavalette, Groenland, Sarah Toussaint-Léveillé, Chloé Robichaud. J’en dirai même plus : les vêtements vintage Les Oubliettes, l’esthétique enveloppante de Michaël Lalancette, l’absurdité accoustique de Garoche ta Sacoche, la séduction tranquille de Fire/Works.

Bon. Bientôt, Dora déménage loin de Sorel. Plus de FAST pour elle, donc. Mais pour nous, oui par exemple.  Mieux vaut en profiter.

– Anaïs Savignac

http://festivalfast.com