Il y a vingt ans, André Dubois, Martin Sauvageau et Pierre Corbeil fondaient le festival Fantasia à Montréal. Ils ne s’attendaient pas alors à ce que l’événement devienne une référence mondiale en ce qui a trait aux films de genre. Encore moins qu’il attirerait aujourd’hui autant de cinéphiles allumés, fébriles et assez festifs pour miauler avant chaque représentation (il faut peut-être avoir vu les derniers programmes de courts métrages de DJ XL5 pour comprendre). La vingtième édition se tiendra du 14 juillet au 3 août et présentera 145 longs métrages provenant de 40 pays. Une vingtième programmation éclectique qui sort des sentiers battus!

Cette année, le film d’ouverture sera bien de chez nous, le très attendu King Dave, réalisé par Podz, écrit et interprété par Alexandre Goyette, et son incroyable plan-séquence de 91 minutes. Celui de clôture sera un programme double, le faux documentaire Mon ami Dino de Jimmy Larouche et Don’t Breathe de Fede Alvarez, réalisateur du très réussi remake d’Evil Dead. Bien sûr, plusieurs longs métrages asiatiques sont aussi au programme, entre autres, le  romantique, actif et aventureux Baaghi du côté indien, l’adaptation japonaise d’un manga, Parasyte (présentée en deux parties), ou encore,  le film d’arts martiaux chinois Judge Archer.

Dans un esprit de films rétro, le plus rare est sans doute On the Silver Globe du Polonais Andrzej Zulawski (décédé en février dernier) : une épopée intergalactique tournée en 1977, un chef d’œuvre quasi disparu et restauré, une première canadienne. Dans une lancée tout aussi rétro, la section de cinéma québécois « Genre du pays » intéressera à coup sûr les plus nostalgiques; je pense ici au très 70 Fleur bleue de Larry Kent et à l’œuvre coup de poing de Robert Morin, Requiem pour un beau sans cœur. Quant à la section « Doublages insolites », elle propose des œuvres qui feront saigner des oreilles : Toxic le ravageur et Les hommes d’une autre planète, pour ne nommer que ceux-là.

Parmi les documentaires, de nombreuses premières : For the Love of Spock et Tower sont à surveiller.

En plus de cette sélection de représentations à ne pas manquer, en voici d’autres; huit choix hétéroclites, huit représentations prometteuses :

FEUILLES MORTES (Québec) de Thierry Bouffard, Carnior et Edourad A. Tremblay – 28 juillet, Théâtre DB Clarke

L’an passé, nous avons eu droit au succès très rougeoyant de Turbo Kid, premier long métrage du trio de réalisateurs montréalais RKSS (présidents d’honneur de l’édition 2016 de Fantasia). Cette fois-ci, le festival présentera un film tout aussi post-apocalyptique, mais plus western que gore : Feuilles mortes d’un trio de réalisateurs de Québec (Thierry Bouffard et ses amis Carnior et Edouard A. Tremblay − les deux derniers ayant été membres du collectif Phylactère Cola).

 

TRAIN TO BUSAN (Corée du Sud) de Yeon Sang-ho – 21 et 31 juillet, Théâtre Hall

Un incontournable pour les amateurs de films de zombies. Le réalisateur coréen Yean Sang-ho, réputé pour ses films d’animation tel Seoul Station (aussi projeté cette année à Fantasia) fait le saut au cinéma en images réelles. Actions, humour et grand déploiement sont au rendez-vous!

 

À LA RECHERCHE DE L’ULTRA-SEX (France) de Nicolas Charlet et Bruno Lavaine – 24 juillet, Théâtre Hall

Fantasia, c’est aussi beaucoup de fantaisie. Alors, pourquoi ne pas prendre une pause et regarder un hommage psychédélique au cinéma érotique?

 

SLASH (États-Unis) de Clay Liford – 16 et 28 juillet, Salle J.A. De Sève

Être un adolescent « geek » et aimer les histoires de science-fiction est une chose. Écrire des histoires érotiques au sujet d’un superhéros et habiter au Texas en est une autre.

 

BEWARE THE SLENDERMAN (États-Unis) de Irene Taylor – 17 juillet, Théâtre Hall

La réalisatrice Irene Taylor Brodsky relate un drame horrifiant. Il y a deux ans, dans une ville du Wisconsin, deux jeunes filles auraient poignardé leur copine de classe. Elles l’auraient fait sous l’influence de Slender Man, une créature surnaturelle qui hanterait le Web. Un documentaire à glacer le sang.

Beware The Slender Man

 

THE DARKSIDE OF THE MOON (Allemagne) de Stephan Rick – 19 juillet, Salle J.A. De Sève

Manger des champignons magiques avec une bohémienne n’est pas toujours une bonne idée. C’est ce qu’apprend assez vite Urs (Moritz Bleibtreu – Run Lola Run), directeur d’une compagnie pharmaceutique. Lycanthropie, grandes entreprises et contes de fées sont apparemment les thèmes clés du film. Un thriller allemand au clair de lune.

 

LES LAVIGUEUR DÉMÉNAGENT (Pays-Bas) de Dick Maas – 23 juillet, Cinémathèque Québécoise

Dans la section « Doublages insolites », Fantasia nous ressort ce film hollandais des boules à mites. Voilà l’histoire de la famille Flodder (titre original du film) ayant gagné le gros lot, ou, plutôt, voilà comment s’approprier un film en le teintant de notre culture et de notre histoire populaires : joual et famille Lavigueur. Par chance, les vrais Lavigueur auront eu droit, plus tard, à une série télévisée plus sensible.

 

DJ XL5’S VIBRASLAP ZAPPING’ PARTY (International) de DJ XL5 – 27 juillet, Théâtre Hall

Le party culte à ne pas manquer à Fantasia. Une vingtaine de courts métrages ponctués de publicités rétro et d’extraits de films bizarroïdes. Une soirée festive à souhait avec assurément des épisodes de Simon’s Cat de l’Anglais Simon Todield. Miaw!

Julien Fortin

Pour la programmation complète, c’est ici.