C’est déjà la dernière semaine de Fantasia! Heureusement, il reste encore de belles découvertes à faire. À preuve, la première québécoise de Frank de Lenny Abrahamson qui s’est tenue ce dimanche dernier.

On n’a pas tous la même approche en ce qui concerne le besoin de reconnaissance, l’impression de valorisation de soi via l’autre et c’est tant mieux. Mais quand on fait partie d’une équipe, ou encore d’un band, ça peut poser problème.

Jon Burroughs est un wannabe rock star qui espère composer LE hit qui le propulsera au sommet des bilboards internationaux durant  la marche quotidienne qui le sépare de la maison de ses parents où il habite toujours et le cubicule qui lui sert de lieu de travail. Frileux et pris dans son carcan, il a peur de se mouiller et sa musique s’en ressent.

Mais s’il n’est pas à même de se créer une place dans l’industrie, Jon peut toujours essayer de prendre celle d’un autre. Une opportunité qui lui sera servie sur un plateau d’argent, alors qu’il assiste à une crise de démence du claviériste du groupe Soronprfbs.

Une belle brochette d’excentriques ces Soronprfbs! Des artistes qui se respectent et ne comptent pas plier sur leur style pour accéder à la gloire. Entre le leader qui ne saurait se présenter sans être paré de son immense tête de papier mâché et les tempéraments explosifs des autres membres du groupe, on comprend mieux la musique expérimentale souvent dissonante qui en ressort!

Du novice qui accède miraculeusement au cercle des aguerris, à la retraite créative et spirituelle, en passant par le désenchantement de voir ses modèles humains et vulnérables, Frank ne réinvente rien, mais réussit à aborder de façon comique et déstabilisante les sentiers battus.

La richesse du film réside à mon sens dans le développement des personnages et le jeu des acteurs. Un simple regard ou mouvement peut renforcer une idée ou la détruire créant des situations parfois gênantes, souvent très drôles, mais toujours subtiles. Entre le besoin de reconnaissance maladroit du nouveau venu et l’intégrité de ses nouveaux collègues, malaises et non-dits mènent le bal pour vous faire rire jaune ou hocher de la tête de façon incrédule.

La question de l’accomplissement de soi vs. la crise identitaire ou encore l’acceptation de soi vs. le regard des autres, relève, encore une fois, du déjà-vu. Par-contre, la métaphore de la tête, les jeux de mots qui en découlent et l’usage de Twitter pour illustrer le tout, vient colorer cette quête à la fois individuelle et universelle de sorte que le spectateur reste toute ouïe jusqu’à la dernière note.

Frank est affiché complet pour sa prochaine projection à Fantasia, mais puisqu’il compte des acteurs tels que Michael Fassbender et Maggie Gyllenhaal à son casting, gageons que le film sera bientôt à l’affiche.

À surveiller!

– Vickie Lemelin-Goulet