Je m’attendais à des comédiens nus sur scène au nom de la liberté d’expression des corps, des vers cités en rafale par de nouveaux visages qui se déchirent les poumons à crier l’indignation de leur génération, des scènes érotiques à souhait avec menottes, fouet et 50 nuances de gris, un théâtre vindicatif, des jeux de lumières, des orgasmes simulés, de l’humidité dans la salle….

Et bien non.

Faire l’amour, présenté au théâtre Espace Libre du 19 au 29 novembre 2014, ne donne pas dans le sadomasochiste, les « gangs bangs », la pornographie, la fessée ou la soumission. Quatre comédiens, en toute simplicité, en chair, en peau et en amour! De cœur ou de cul, ces histoires n’ont rien de banales puisqu’elles se font transparentes au public.

Faire l’amour nous ramène à…faire l’amour.

Oui… faire l’amour

Parce que je ne sais pas pour vous, mais il me semble qu’on ne fait plus l’amour : on « surfait » l’amour. On performe, on planifie, on simule, on paraît, on dépasse les limites parce que sinon, oh mon dieu, on est fermé et si vous n’avez jamais fait de trips à trois, ne le dites pas, vous êtes out. Rions, c’est l’heure!

Faire l’amour dévoile le début d’une nouvelle série de pièces éditées par Atelier 10, l’équipe derrière la revue Nouveau projet. De réelles histoires, regroupées par Anne-Marie Olivier, qui exposent passion, deuil, peine, légèreté, plumes, frissons, drames, secrets.

Une première nuit d’amour, une seule nuit d’amour

L’amour au fil du temps, le temps qui déchire l’amour

L’amour au masculin, l’amour au féminin

Le sexe, le sexe, le sexe

Un souffle court, à bout de souffle

Le grand amour, le très grand amour

La désillusion, la réconciliation

Le silence…

Oui l’amour, oui le sexe

Et voilà, on y est : le sexe! Le sexe pour ce qu’il représente vraiment : un élément de l’amour, un élément d’échange, un élément important. Pourquoi se souvient-on de lui? Pourquoi l’a-t-on oublié, elle? Le sexe qui unit, le sexe qui distance. Mais le sexe demeure le sexe et l’amour demeure l’amour. On peut avoir le premier sans avoir le deuxième, mais le deuxième épice le premier.

Peu importe l’âge, la génération ou l’espace-temps, faire l’amour, c’est bon et précieux, c’est l’union et la communion, et faire l’amour, c’est bien plus que des mots, des souvenirs ou des émotions.

Faire l’amour, c’est…ce que vous en faites.

Élizabeth Bigras-Ouimet

Faire l’amour est présenté au théâtre Espace Libre. Une production du Théâtre Bienvenue aux dames, un texte d’Anne-Marie Olivier (à partir d’une cueillette d’histoires vraies). Mise en scène de Véronique Côté. Avec Maryse Lapierre, Eliot Laprise, Anne-Marie Olivier, Nicola-Frank Vachon.