Crédit photo : Victoria Dimaano

Comment demeurer pertinent, et surtout arriver à se renouveler, après une dizaine d’années au sein d’un groupe? C’est le défi que Random Recipe s’est lancé. Ça donne Distractions, un explosif troisième album – indépendant et sociofinancé! – lancé en mars dernier. Mercredi soir, la formation hip-hop s’apprête à présenter ses nouvelles chansons au Théâtre Corona au beau milieu d’une tournée entre l’Europe, le Québec et l’Amérique du Sud. Entrevue avec Frannie Holder sur cette rentrée montréalaise.

À cette occasion, Random Recipe se prépare tout un trip au Théâtre Corona. Accompagnée de Rhonda Smith, Marie-Pierre Arthur, Heartstreets, Sarahmée, Naya Ali, Tali et Giselle Numba One sur scène, la formation promet tous les excès. « Ça risque d’être to much, mais jamais autant que The Flaming Lips », lance Frannie en riant. « On va réaliser tous nos fantasmes sur scène! »Pour le groupe qui n’a jamais eu de problème à faire lever le party, ça risque d’être épique.

Allez, on se donne une petite idée de ce qui nous attend :

Depuis la sortie de Kill the Hook en 2013, Random Recipe est passé par tout un cheminement. « Ça a été une période assez dure. On a beaucoup réfléchi à ce qu’on était, ce qu’on voulait être. On a vécu des vagues, des hypes. Ça a été difficile de faire cet album à travers l’essouflement du groupe. Le pari était gros, mais on a réussi. C’est le meilleur album qu’on n’a jamais fait. » Récemment, Random Recipe a d’ailleurs perdu un joueur : Vincent Legault. « Son départ est arrivé comme le résultat d’une longue réflexion», explique Frannie. Aujourd’hui, la formation se présente en trio : Frannie Holder bien sûr, ainsi que Fabrizia Di Fruscia et Liu-Kong Ha.

Une remise en question qui a également poussé Random Recipe à aller vers l’indépendance. C’est en observant les retombées de son autre groupe indépendant, Dear Criminals, que Frannie a commencé à s’interroger plus sérieusement. « J’ai réalisé que je faisais plus d’argent avec Dear, qui a le dixième de popularité de Random. Je me suis dit que quelque chose ne fonctionnait pas. » Un choix ardu, qui ne s’est pas fait en toute quiétude. « Ça comportait beaucoup de risques! Je n’ai rien contre les personnes qui travaillent dans les maisons de disque, mais je me suis rendue compte que ce modèle n’était pas profitable pour les artistes. »

Être femme dans l’industrie

Cette nouvelle voie vers l’indépendance a ironiquement mené Random Recipe à vouloir collaborer le plus possible. « Je me disais qu’on allait se débrouiller. J’étais tannée de chialer. Si ça ne marche pas, ce sera de notre faute! On s’est tourné vers l’aspect humain. On a reaché out vers des collaborations. » Sur l’album co-réalisé par Philippe Brault et Marie-Hélène L. Delorme (FOXTROTT), on peut entendre alors Marie- Hélène L. Delorme, Marie-Pierre Arthur, Rhonda Smith, Ladybug Mecca, Lisa Iwanycki, Heartstreets, Tali Taliwah, Giselle Numba One, Sunny Moonshine et Emily Lazar. Que des femmes? « Sincèrement, on ne s’est pas dit qu’on voulait absolument travailler avec des femmes. Ça s’est présenté de cette façon! »

Une tendance qui parle toutefois beaucoup sur le processus créatif de Random Recipe, ainsi que sur sa vision de la femme dans l’industrie. « J’ai vu trop de femmes ne pas résister au temps. En tant que femme, notre rapport à tout ça est différent. La femme est automatiquement plus reliée à l’image que l’homme, qui a une image impérissable. C’est assez courant qu’on nous mette de l’avant sur les photos, Fab et moi. Pourtant, des journalistes m’ont déjà demandé si j’étais impliquée dans le processus créatif du groupe! Ce sont ces enjeux qui m’ont motivée à me lancer dans la création de ce troisième album. »

Random Recipe, périssable? Pas selon Frannie Holder, qui réfléchit activement à la suite. « Ce n’est pas vrai que ce projet va finir parce qu’on vieillit! Beaucoup me disent qu’ils voient Dear Criminals comme la suite logique de Random Recipe. Pas pantoute! Je ne suis pas plus calme, et je n’arrêterais pas de faire de la musique énervée. Ce qui m’intéresse, c’est le tout d’une oeuvre. Pas le nombre de likes, par exemple. On dit souvent que les artistes sont le reflet de la société. Si on jette un œil à l’évolution de Random Recipe par rapport à la musique et le féminisme, c’est intéressant si on l’étale dans le temps. Je ne suis peut-être plus sur un bar tous les soirs à me torcher la face comme quand j’avais 23 ans, mais je peux être debout sur la table dans un souper avec des amis. Je reste la même Frannie flamboyante. »

Mélissa Pelletier

Random Recipe fera sa rentrée montréalaise le 3 octobre dès 20h au Théâtre Corona. Pour tous les détails, c’est ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À DÉCOUVRIR AUSSI :