Photo : Leda St-Jacques

La dernière fin de semaine a été, pour le moins, très chargée pour le groupe Cherry Chérie qui lançait son deuxième long jeu. Intitulé Adieu Veracruz, le  nouveau disque du groupe de rock ’n’ roll rétro risque de retenir l’attention. Le groupe a accepté de répondre, après s’être remis de ses émotions, à quelques questions en lien avec cette nouvelle sortie et avec sa musique.

Si vous aviez à décrire votre nouvel album en deux mots, ce serait…
Deux propositions en deux mots pour notre deuxième album :
« Glamour tragique »
« Tempête-surf cinématographique » (on triche)

Quelle est votre chanson préférée à jouer en live?
Nous avons joué la majorité de nos nouvelles chansons pour la première fois vendredi passé à Lavaltrie dans le cadre du festival LV3. C’est encore difficile de connaître laquelle fera battre les cœurs. Faut l’avouer, on aime bien faire notre pièce Marine, puisque l’intro a capella débute avec un hymne à l’amour à trois.
Prochain test : jeudi à Schomberg (Ontario), vendredi à la Petite Boîte noire de Sherbrooke, samedi au Magasin général Lebrun à Maskinongé. (On risque de se perdre en route vers Schomberg)

Quel album ou artiste a changé votre façon de percevoir la musique?
Le premier album studio des Vulgaires Machins, 24:40, est sorti quand on avait 14 ans. Du vrai punk rock libérateur chanté en français. L’écoute fut compulsive.
Et sans le savoir, une porte s’ouvrait et marquait le début de notre pèlerinage musical. Celui qui nous a menés, des années plus tard, en plein âge d’or du rock ’n’ roll. C’est là qu’on a découvert les artistes les plus importants pour la démarche du bandThe KinksThe SonicsLes LutinsChuck Berry et Little Richards.
L’album Déjeuner sur l’herbe des Breastfeeders est marquant pour le band. Non seulement il est la preuve irréfutable que le rock ’n’ roll en français est délicieux, l’album s’approprie les codes « old school garage » tout en actualisant le style. Le premier show auquel Paolo et Alex assistent ensemble est un concert des Breast… et c’est là qu’ils décident sérieusement de partir à la recherche d’un bassiste et d’un drummer pour changer la formule « rock ’n’ roll duo » à « rock ’n’ roll band ».
PS : En frappant sur le stage pour un rappel, on s’aperçoit qu’il y avait de la vitre. On voulait féliciter le band pour l’excellent show, mais avec les mains pleines de sang, on s’est gardé une petite gêne.

Quelle chanson auriez-vous voulu avoir composé? Pourquoi?
La chanson « Heeeeeeeeyyy-heeeeyyy babaaaay (Ouh! Ah!) I wanna knoooowwooowwwoooohhoooo if you’d be my girl » … mais plus pour les redevances que pour la chanson. Même si la chanson gosse, faut quand même donner à Bruce Channel, l’auteur de la chanson, beaucoup de crédit. C’est lui qui a initié John Lennon à l’harmonica blues. Love Me Do et Please Please Me sont des résultats directs de l’influence de Bruce Channel. Savais-tu ça? #rocknroll101
Au niveau de la composition, Roll Over Beethoven de Chuck Berry est possiblement LA chanson qu’on aurait aimé composer. Ça fait 7 ans qu’on la joue à tous nos shows et on n’est vraiment pas tannés de la faire. C’est un classique repris par les Beatles, les Beach Boys, les Stones, les Sonics, Electric Light Orchestra, etc. Mais c’est surtout en 1992 que la chanson connaît un regain de popularité avec le film Beethoven, mettant en vedette un gros St-Bernard. Mettons. #RIPChuck

Quel est votre souvenir de groupe préféré?
Difficile de choisir entre prendre des shots avec Lynda « Tequila » Lemay, traumatiser Maripier Morin avec le shakage de popotin ou se faire dire « C’est super votre truc » par Patrick Bruel… mais ça… ça serait juste du namedropping sale. Alors on va y aller avec deux histoires :
1- Faire un show où toutes les personnes de l’audience ont décidé de se déguiser en schtroumpf et faire du mush… sans qu’on le sache. Probablement la vibe la plus weird ever. Voir quelqu’un de vraiment « high » qui risque sa vie en grimpant les poutres de la salle de show alors que tu performes, ça peut être un brin déconcentrant.
2- Avoir l’idée ambitieuse de faire un album concept. Flauber tout son cash pour le faire avec un des meilleurs réalisateurs du Québec. Réussir à travailler avec les meilleurs photographes à Montréal en leur offrant une lasagne maison de ma grand-mère italienne (pâtes maisons, tomates cueillies par Paolo, fromage de La Baia dei Frommaggi, the real deal tsé). Avoir une seule maison de disque en tête, la cruiser, et sentir que le flirt est réciproque. Obtenir le résultat de nos rêves : ADIEU VERACRUZ.

Pas encore convaincu? Allez donc écouter le nouvel album, disponible depuis le 20 octobre sur à peu près toutes les plateformes.

– Olivier Dénommée

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :