Photo : Studio Le Point Rose

Si vous ne connaissez pas encore l’auteure-compositrice-interprète et chanteuse Charlène Blanchette, il n’est pas trop tard pour découvrir la musique « pop à paillettes » assumée et contagieuse qu’elle ne cesse de peaufiner au fil des années. Le EP Fossiles, lancé plus tôt en octobre, vient confirmer le sérieux de la démarche de la jeune artiste originaire de Saint-Hyacinthe. Nous avons posé cinq questions pour en savoir plus sur ce qu’elle a à dire.

Si tu avais à décrire ton nouveau EP en deux mots, ce serait…

Pétillant et taquin. Pétillant parce que c’est très lumineux, joyeux et que le rythme est bien présent. Taquin, c’est au niveau des textes. J’aborde des sujets comme la liberté à tous les niveaux, l’infidélité, les relations en général, mais c’est souvent avec un petit clin d’œil caché! J’adopte souvent un ton légèrement sarcastique et un peu amusant.

Quelle est la chanson que tu préfères de ton propre répertoire? Pourquoi?

Il a pris son fusil. J’aime beaucoup la mélodie de la pièce, et la façon dont je l’ai composée; en pianotant sur un piano désaccordé à l’école de musique où j’enseignais. C’était un moment spécial. De plus, je trouve la métaphore entre « rupture amoureuse » et « cowboys dans le Far West » très intéressante. Ce thème de la ruée vers l’or et de ce qui l’entoure revient souvent dans mes chansons. Je trouve cette période de l’histoire fascinante.

Quel est l’album ou l’artiste qui a changé ta manière de voir la musique?

Un jour, j’ai découvert Sara Bareilles et je me suis attardée à ses textes pour l’album Little Voice (2007). J’ai réalisé qu’elle écrit très souvent des histoires dans chaque chanson, avec des personnages. Cela m’a montré que c’était possible de faire des histoires sans que ce soit des ballades folk. Ça m’a aussi confirmé que je pouvais écrire de la façon qui me plaisait et qui me vient naturellement, soit créer un personnage unique, parfois exagéré pour chaque texte et balancer un texte plus cru avec une musique plus légère et pop.  De plus, les personnages des chansons de Sara Bareilles ne sont jamais des « victimes ». Ce sont des femmes fortes, pas gênées de dire ce qu’elles pensent. Je partage cela avec Sara Bareilles : on ressent un peu de girlpower dans mes paroles!

Quel est ton meilleur souvenir sur scène? 

En 2015, j’ai fait la première partie de Andie Duquette pour la Saint-Jean-Baptiste à Saint-Hyacinthe. Ça se passe sur le bord de l’eau, et chaque année y assistent environ 10 000 personnes. C’était vraiment un moment incroyable. Le public était très réactif et c’était tout un honneur de chanter devant autant de gens dans ma propre ville!

Plus récemment, lors du lancement de mon EP, j’ai passé un moment extraordinaire sur scène. Ça a passé vraiment vite. La salle était pleine, je me sentais bien et la connexion avec le public a été marquante. C’était plein d’amour! C’était définitivement un de mes meilleurs souvenirs sur scène.

Avec qui aimerais-tu partager la scène plus tard?

J’aimerais vraiment chanter avec Karim Ouellet dans un futur proche. Il a vraiment une belle énergie sur scène et je trippe sur sa musique. J’aimerais aussi faire une collaboration avec Geoffroy. J’aime sa voix et ses mélodies. Ça marcherait bien je pense!  Et un grand rêve que j’ai depuis que je suis jeune serait de monter sur scène avec Daniel Bélanger. Ce serait incroyable!  Puis, si je pouvais faire la première partie de Serena Ryder un jour, ma carrière serait presque complète. Haha!

Le mini-album Fossiles a été lancé au Petit Campus le 2 octobre dernier et ne demande qu’à être découvert ! Voilà, en terminant, un petit aperçu de l’énergie de la soirée.

– Olivier Dénommée

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :