Pour celles et ceux qui n’auront pas l’occasion de passer l’été à la plage, les éditions Coups de tête ont concocté un recueil de nouvelles collectif qui vous donnera tout de même l’impression d’y être. Les treize nouvelles de Douze histoires de plage et une noyade, sous la direction de Michel Vézina et de Marie-Chantale Gariépy, explorent de long en large la plage de Wellfleet, à Cape Cod, pour y déterrer cadavres, trésors, jalousies et autres secrets plus ou moins bien enfouis. Flirtant pour la plupart avec le genre noir, les textes partagent un parti pris pour le mystère, sans que le recueil ne souffre de redondance pour autant. Car il faut dire que les treize auteurs signent des nouvelles très différentes les unes des autres, malgré la contrainte imposée.

La beauté d’un recueil collectif, c’est que chaque texte présente non seulement une histoire inédite, mais également une voix distincte et un univers bien à soi. Ce renouvellement de l’écriture permet de passer outre les faiblesses de certaines nouvelles qui, malgré l’intérêt de leur intrigue, auraient gagnées à être retravaillées et élaguées de leurs temps morts, ou dotées de fins un peu moins prévisibles (parce qu’on sait tous que baignoire pleine de sang dans son sous-sol = meurtrier. C’est aussi évident que ça.).

Néanmoins, il y a dans Douze histoires de plages et une noyade des textes tout à fait étonnants. Ainsi, « Treize manières de faire une certaine chose » de Madison Smartt Bell s’éloigne des codes de la nouvelle canonique pour créer une atmosphère hors du temps faite de petites variations qui confondent le lecteur. Relate-t-on le même événement de différents points de vue, ou bien introduit-on de nouveaux personnages dans cette mer infestée de requins? Une belle découverte que cet auteur qui publie pour la première fois en français.

Avec « Le lancer parfait », Tristan Malavoy se permet un gros clin d’œil à Michel Vézina et raconte comment un jeu de pétanques peut transformer un mordu de culture en propriétaire d’une flotte de camions-librairies. Avec un bon sens de la répartie, beaucoup d’humour et quelques coïncidences heureuses, l’auteur arrive à dépeindre un après-midi à la plage à la fois coloré et riche en rebondissements.

Toujours du côté de l’humour mais noir celui-là, « Des homards et des hommes » d’Annie Landreville lève le voile sur les secrets d’un pêcheur de homards aux techniques peu orthodoxes. Sans vouloir révéler tous les punchs, je dirais tout de même que la compétition féroce à laquelle se livrent les pêcheurs en pousse forcément certains à être un peu moins… orthodoxes. Dans un autre ordre d’esprit, « Brûlante » d’Anne Genest explore les pensées d’une femme, grande séductrice, pour qui l’apparence est tout, et qui commence à craindre le poids des années. Son passage à la plage de Wellfleet lui fera prendre conscience – un peu brutalement il est vrai – de l’instinct de conservation qui l’anime.

Lecture de plage, lecture d’été : Douze histoires de plage et une noyade amène la mer à ceux qui ne peuvent s’y rendre, et permet du même coup de découvrir ou de redécouvrir treize plumes à l’imagination fertile. Entre coups de soleils et coups de cœur, vous êtes assurés de passer un moment de lecture riche en mystères et en morts inopinées.

Chloé Leduc-Bélanger

Douze histoires de plage et une noyade, dirigé par Michel Vézina et Marie-Chantale Gariépy, Coups de tête, 2015. Avec des textes de Michel Vézina, Annie Landreville, Michel-Olivier Gasse, Geneviève Drolet, Madison Smartt Bell, Elsa Pépin, Tristan Malavoy, Anne Genest, Stéphanie Pelletier, Mélodie Nelson, Robin Aubert, Patrice Lessard et Marie-Chantale Gariépy.