La dernière parution de Francis Catalano aux Écrits des Forges revêt la forme de deux livres de poésie en un, rédigés respectivement en 1997 et 2013. La première partie (M’atterres) est consacrée à sa mère tandis que la seconde (Patères) s’adresse à son père. Douze avrils, c’est la disparition des parents de l’auteur, une lettre d’adieu, un ultime hommage, un temps dédié au deuil.

Fuite statique

Le sujet poétique habite les hôpitaux, au chevet de sa mère et de son père, et relate les banalités du quotidien des malades tout en se plongeant parfois dans le souvenir. Chaque pensée est inscrite sur un feuillet individuel. D’entrée en matière, la ponctuation chez Catalano semble précieuse. Le poète l’utilise à sa manière, terminant chaque poème par un deux-points, comme en ouverture à ce qui va suivre. Il emploie également beaucoup le point d’interrogation et la parenthèse. On peut sentir qu’il s’agit d’un carnet de notes ou d’un journal qui interroge une force supérieure par moments : « La science va-t-elle construire / (Dans le nombre / Encore longtemps) / Le nid du bien? : ». Les poèmes se suivent ainsi et s’enchaînent d’une partie à l’autre sans secousse. On ressent bien le désir de partir et celui de rester qui s’interchangent d’un passage à l’autre, ce qui accentue l’effet de surplace.

Pourtant, il manque quelque chose dans le recueil solennel de Catalano. Avec son sujet très intime, il a tout le potentiel d’exploiter le matériel très personnel du sujet poétique dans la perte et la résilience, mais il reste plutôt à la surface de l’hôpital. Le lecteur se trouve beaucoup dans la description, moins dans le ressenti tandis que « les infirmières / S’activent derrière les classeurs ». On aurait peut-être gagné à sortir de la prière et le recueillement pour découvrir ce qui se trame hors les murs de l’établissement de santé.

Lèvres Urbaines sort son cinquantième numéro!

À noter que le tout dernier numéro de la revue Lèvres Urbaines est maintenant disponible en librairie et en format numérique (ePub) dès maintenant. Il s’agit d’une anthologie des poètes de l’Académie Mallarmé sous la direction de Claude Beausoleil et Sylvestre Clancier.

– Victor Bégin

Douze avrils, Francis Catalano, Écrits des Forges, 2018.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :