Emilie & Ogden (crédit photo : gracieuseté de Secret City Records)

Qui dit rentrée, dit bla bla bla. Septembre est synonyme de l’antonyme du mois d’août où rien ne se crée, et où seul l’appétit du mélomane boulimique se perd. Enfin, les semaines à venir promettent de meilleurs lendemains. Ce qu’on en retiendra si devins nous sommes? Voici un aperçu bref – et doux Jésus incomplet – des blockbusters de bise venue pour se mettre un peu de salive dans les glandes.

Safia Nolin

Artiste : Safia Nolin
Album : Limoilou
Étiquette : Bonsound
Date de parution : 11 septembre 2015

La province parle de Safia Nolin depuis des mois et de son premier album Limoilou, titre inspiré du quartier où elle habite à Québec. Cette jeune femme de 23 ans à l’air désinvolte et mélancolique a d’abord subjugué les juges du Festival International de la Chanson de Granby. Avec sa voix folk particulière ainsi que ses textes teintés d’un intimisme sincère, son tout premier simple, Igloo, lui a permis de remporter le Prix SOCAN en 2012.

Signée par Bonsound en 2013, elle fait déjà partie des grandes voix féminines du label aux côtés de Lisa Leblanc et du duo Milk & Bone. Depuis, elle est montée sur la scène de nombreux festivals montréalais et a entre autres fait la première partie de Pierre Lapointe, Les sœurs Boulay et Groenland.

Ce matin, La laideur et Acide, ses trois autres chansons déjà offertes sur Bandcamp, promettent un album au son résolument automnal et tristounet, mais aux paroles touchantes et empreintes de « cinéma-vérité », comme le qualifie la chanteuse. Chose certaine, son album sera bien loin d’être accueilli comme un coup de vent sur la scène musicale cet automne.

•••

petite noir

Artiste : Petite Noir
Album: La Vie Est Belle / Life Is Beautiful
Étiquette : Domino Recordings
Date de parution : 11 septembre 2015

« Ne pas sous-estimer la puissance d’un homme libre. L’homme qui connaît ses racines est celui qui décide toujours où et comment il doit mourir. »

Voilà déjà neuf mois que Yannick Ilunga, alias Petite Noir à lui tout seul, nous donne des nouvelles de son bébé en gestation : du test de grossesse plus que positif Chess en novembre 2014 à l’ultrason concluant MDR la semaine dernière en passant par les deux échographies estivales hautes en couleur sonore Down et Best, le diagnostic de ces métissages dont l’arbre généalogique compte autant la polyrythmie africaine, chère à des groupes comme l’Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou, et l’afrobeat, à la paternité attribuée à Fela Kuti, que la new wave des années 1980, nous confirme la venue prochaine d’un album en pleine forme musicale, qui appartiendra vraisemblablement à l’approche esthétique que l’artiste, natif de Bruxelles ayant grandi à Cape Town, nomme la Noir Wave. Déjà inscrit au registre des naissances sous le prénom bilingue de La Vie Est Belle / Life Is Beautiful, on s’entend qu’avec un nom de baptême aussi optimiste, la rentrée s’entame sous d’heureux auspices. (Jean Lavernec)

•••

The LIbertines

Artiste : The Libetines
Album : Anthems for Doomed Youth
Étiquette : EMI
Date de parution : 11 septembre 2015

Il aura fallu attendre onze ans pour voir paraître ce qui est seulement le troisième album du quatuor anglais : Anthems For Doomed Youth. Après avoir poursuivi chacun de leur côté une carrière solo, Pete Doherty et Carl Barât confirment leur plein potentiel en duo. Et c’est ce qu’ils ont prouvé sur scène ces dernières semaines. Il y a un mois, les retrouvailles du groupe au festival Glastonbury ont été magiques. Un moment incroyable durant lequel s’est épongé le visage plus d’un fan jusque-là habité d’un grand sentiment de délaissement. Bref, la bande s’est bel et bien retrouvée comme en témoigne la complicité de la paire dans la vidéo de Gunga Din, avec son refrain aux airs d’hymne de retrouvailles. En attendant accrochez-vous à votre hâte, le groupe vient tout juste de dévoiler deux nouveaux extraits sur la toile : Glasgow Coma Scale Blues et Anthem for Doomed Youth. De quoi nous faire patienter encore un peu! (Cloé Arrault)

•••

Rosie Valland

Artiste : Rosie Valland
Album : Partir avant
Étiquette : Du Prince
Date de parution : 18 septembre 2015

En mars dernier, au spectacle célébrant la troisième bougie sur le présent webzine éclaireur Les Méconnus, Rosie Valland en constituait la flamme incandescente. Sur la scène de La Vitrola à Montréal, à elles deux, sa guitare languissante au pouls lent, mais marquant au fer rouge, et sa voix-rosière nous ont baladés dans une suite de compositions évocant pourtant tantôt la moiteur du désir, tantôt le désenchantement et les tourments amoureux. Six mois plus tard, elle nous offre Partir avant, entourée cette fois de ses comparses de l’aube Jean-Philippe Levac (de Pandaléon, ici à la batterie) et Jesse Mac Cormack (le multiinstrumentiste signant également la réalisation et les arrangements), ce dernier ayant joué les mêmes rôles sur le EP éponyme paru au printemps 2014. Bientôt, nous aurons enfin accès au tableau complet de la toile de l’auteure-compositrice-interprète dont le Rebound et l’Olympe en constituaient les premiers motifs. Gageons que sa suite dans les idées soit fertile en émotions cartes sur table et sans faux-fuyant. (Jean Lavernec)

•••

metric_webready-1024x683

Artiste : Metric
Album : Pagans In Vegas
Étiquette : MMI / Crystal Math Music
Date de parution : 18 septembre 2015

Je suis amoureuse d’Emily Haines depuis la première fois où je l’ai aperçue sur scène, un peu timide et maladroite, mais avec un charisme fou et des jambes d’une longueur qui me faisait mourir d’envie. Et la voilà enfin de retour, entourée de ses boys, dont le fidèle guitariste Jimmy Shaw. Après avoir passé l’année 2014 à recharger les batteries de leur petit robot intérieur, la formation canadienne nous offre Pagans In Vegas, une première partie de deux, la suite devant être publiée quelque part en 2016. Un sixième album où les synthétiseurs prennent d’assaut vos oreilles, parfois au détriment du reste.  Pour les curieux, quelques extraits sont déjà sortis : The Shade en mai, suivi de Cascades et de Too Bad, So Sad, que le groupe a présentés à ses fans par le biais d’une nouvelle application « Pagan Portal », qui permet de découvrir du contenu inédit. La barre était haute après Synthetica, paru il y a trois ans. Trop haute ? Je ne sais pas, mais contrairement à l’opus précédent, on a besoin de quelques écoutes pour apprécier ce nouveau matériel à sa juste valeur. Heureusement, c’est l’automne. Et on a le temps. (Marie-Eve Brassard)

•••

Ought-Wall-With-Sky-Full-Res

Artiste : Ought
Album : Sun Coming Down
Étiquette : Constellation Records
Date de parution : 18 septembre 2015

Ought est sans contredit le groupe « montréalais » le plus cosmopolite. Une part new-hampshiroise, une deuxième new-jerséyenne, une troisième orégonaise et une dernière australienne, réunies dans notre Mile-End effervescent, logées chez Constellation Records, enregistrées chez Hotel2Tango et diffusées en direct, à ses débuts du moins, à la Brasserie Beaubien. Que de bonnes, sinon les meilleures adresses. Maintenant, si on tire présage du costaud More Than Any Other Day paru l’an dernier, et que les deux simples « sonic-youthien » éclos jusqu’ici (Men For Miles, Beautiful Blue Skies) sont à l’image de leurs compléments sur Sun Coming Down à venir, Ought se fera cet automne l’un des fiers porte-drapeau de l’alt-punk contemporain, d’ici comme d’ailleurs. À voir sur scène quoi qu’il en soit durant Pop Montréal pour prendre acte de la furie contenue faite musique. Costaud, vous dis-je. (Nicolas Roy)

•••

youth-lagoon-1024x768

Artiste : Youth Lagoon
Album : Savage Hills Ballroom
Étiquette : Fat Possum
Date de parution : 25 septembre 2015

Deux ans après le fabuleux Wondrous Bughouse, Youth Lagoon (alias Trevor Powers) nous revient avec un troisième opus : Savage Hills Ballroom. C’est cette fois-ci à Bristol que le songwritter, qui n’a jamais caché ses influences britanniques, a enregistré la totalité des titres. Saveur différente ou supplémentaire? À voir. En attendant la sortie de l’album, le jeune Américain nous fait patienter avec la vidéo de Highway Patrol Stun Gun. On y reconnaît le Youth Lagoon des débuts, avec ses mélodies ensorcelantes et son univers pop recherché. L’artiste annonce néanmoins un album plus orchestré et fouillé. Doit-on s’attendre à davantage d’expérimentations? Une chose est sûre, nous avons hâte de savourer ce disque sur fond de chocolat chaud. (Cloé Arrault)

•••

Emilie & Ogden photo credit-Yani Clarke

Artiste : Emilie & Ogden
Album : 10 000
Étiquette : Secret City Records
Date de parution : 2 octobre 2015

Emilie n’a jamais été seule. Dès ses premiers pas sur la verdoyante vallée de l’indé, elle unissait sa destinée à la harpe Ogden et ses 34 cordes longues, un instrument inusité, usiné en quantité limitée, usé par peu, manié de manière à s’extraire de l’empâté, autrement reproduit par une guitare barrée en hauteur (cliquez sur le nom de la chose pour y voir clair). Et la voici maintenant à l’aube d’une entrée remarquée parmi les bonnes gens de Secret City Records (Patrick Watson, The Barr Brothers, Suuns, Owen Pallett, etc.). Avec le touche-à-tout et multiinstrumentiste Jesse Mac Cormack au poste de pilotage et Francis Ledoux aux peaux douces, Emilie, qui signe ici toutes les paroles et compositions, brille et fera carton, c’est promis. Ses 10 000 talents, contrairement à ce qu’elle chante sur la pièce-titre, sont apparents et savamment exploités. Notez au calendrier un lancement qui aura lieu le 2 octobre au Gesù dans le cadre de la série Jazz à l’année. Bravo bientôt, miss Kahn! (Nicolas Roy)

•••

HMR

Artiste : Half Moon Run
Album : Sun Leads Me On
Étiquette : Indica Records
Date de parution : 23 octobre 2015

Le premier album d’Half Moon Run s’est vite immiscé dans ma vie, comme une habitude qu’on ne voit pas venir : Dark Eyes résonne dans mes oreilles en auto, dans mes soirées relax et au travail depuis 2010. Avec un sens de la mélodie hors du commun, le groupe situé à Montréal – qui donne dans le folk planant – s’est frayé une place, que dis-je, a fracassé le mur de l’émergence. Vous me voyez venir: en apprenant que j’allais enfin pouvoir me mettre sous l’oreille d’autres pièces de Half Moon Run grâce à la sortie de Sun Leads Me On, j’ai tout de suite voulu vous en glisser un mot. Et je me suis pitchée pour écouter le premier extrait, Trust. Mes impressions? Surprise et mini-déception. Tournant rock-électro à la Foster The People pour le quatuor, qui peut s’avérer hasardeux. Soit on suit, soit on enlève les écouteurs. Mais qu’à cela ne tienne: je vous livrerai mes impressions à l’écoute complète de ce deuxième opus très attendu. Et d’ici là, je l’attendrai avec l’espoir qu’il vienne s’ajouter à la liste des albums qu’on (ré)écoute ad vitam aeternam. (Mélissa Pelletier)

•••

EL_VY_ReturnToTheMoonCover5000x5000_800K

Artiste : EL VY
Album : EL VY
Étiquette : 4AD
Date de parution : 30 octobre 2015

El Vy, c’est le nouveau projet de Matt Berninger (The National) et Brent Knopf (Menomena / Ramona Falls), les deux artistes s’étant rencontrés il y a une dizaine d’années lors d’une tournée commune sur la côte ouest. C’est à cette époque que l’amitié est née et l’idée d’une collaboration également. Disons que le projet a eu le temps de mûrir et que c’est un album bien sucré et juteux que nous présentent l’homme à la voix et unique et le producteur-musicien bourré de talent. Return To The Moon sortira cet automne. Quand les feuilles auront changé de couleur et qu’on gèlera des doigts parce que le déni nous fera refuser de porter des gants. Et c’est à peu près à la même période, le 16 novembre plus précisément, qu’on pourra compter sur eux pour nous réchauffer les tympans au Théâtre Fairmount. Un plaster que les fans de The National pourront coller sur le douloureux bobo de l’attente, au moins jusqu’au printemps. (Marie-Eve Brassard)