Les Francofolies de Montréal en sont à leur 26e édition du 12 au 22 juin 2014 dans le Quartier des spectacles. Plus de 150 spectacles gratuits ont lieu sur le site extérieur du festival à l’ambiance électrisante, et 90 spectacles sont présentés dans les théâtres. Une particularité intéressante est que chaque scène est reliée à un commanditaire et à un thème musical, par exemple les Acoustiques Rickard’s, Les soirées chaudes Rickard’s, Nouvelle Chanson SiriusXM, etc. Plus de vingt catégories musicales regroupent les artistes francophones provenant de divers pays. C’est donc une grande célébration de la musique francophone qui est orchestrée sous plusieurs formats au fil des 10 jours d’événements.

Ayant eu la chance d’assister au spectacle de Kery James avec Manu Militari en première partie au Métropolis de Montréal, la soirée hip-hop était à son comble. Le son hip-hop francophone a énergisé l’atmosphère avec une musique puissante, vibrante et rythmique; un DJ et un percussionniste étaient aussi présents sur scène. Le spectacle de Kery James a débuté en crescendo avec le DJ, le percussionniste, puis l’entrée des chanteurs dans une énergie dansante. Tout de suite, l’interaction avec le public a pris son envol avec des sons et des mouvements de bras pour mieux bouger sur le rythme. L’ambiance a varié tout au long de la soirée avec du slam poésie, des moments percussifs plus intenses et une mise en scène simple mais efficace. Les musiciens, les chanteurs accompagnateurs de Kery James et lui-même ont évolué dans des mouvements reflétant leur culture hip-hop.

Les jeux d’éclairage ont été un élément important et se sont démarqués par de grands faisceaux qui bougent d’un côté à l’autre de la scène comme des rayons de soleil. Les sons, la lumière et l’interaction grandissante entre le public et les musiciens ont permis d’amplifier l’énergie et l’ambiance chaleureuse de la soirée. Les chansons et les rythmes se ressemblent mais sont restés fidèles à eux-mêmes dans un franco hip-hop puissant qui nous a donné le goût de danser.

D’ici la fin des Francos, il faut souligner le passage de Fauve au Métropolis et de Marie-Mai samedi sur la scène Bell. Les nuits urbaines ont une brochette d’artistes intéressante dont Hippocampe fou, Dramatik, et les Acoustiques avec Monogrenade et Dead Obies de Bonsond, et Neto Yuth et Antoine Corriveau de Coyote Records. Plein de noms et d’artistes à découvrir pour apprécier un peu plus la musique francophone sous toutes ses couleurs.

Le spectacle de clôture gratuit sur la grande scène Bell sera unique avec la Symphonie rapaillée et l’Orchestre symphonique de Montréal. Une collaboration de 12 hommes rapaillés qui chantent ensemble les textes de Gaston Miron pour culminer vers les sommets de la francophonie.

– Violaine Morinville