Créer et partager son art avec le public, un but noble et partagé par la majorité des artistes, non? Vous êtes-vous déjà demandé ce qui fait qu’on voit un.e artiste partout, alors qu’un.e autre, autant sinon plus talentueux, reste dans l’ombre? Plusieurs raisons peuvent l’expliquer, mais entre autre l’image que cet artiste projette, et ce qu’il fait vivre et ressentir au public, y sont pour beaucoup! Mais comment ça fonctionne? Comment est créée cette image? Qui la crée? Alors qu’Audrée Loiselle nous éclaire en ce moment sur le métier de relationniste avec sa chronique L’après, phare sur le monde des relations publiques avec Alexandra Turgeon, qui se spécialise en communications et en relations publiques depuis ses débuts. À go, on lève le voile. Ok, go.

On a déjà évoqué ce phénomène qu’on peut observer en quantité sur les réseaux sociaux : les personnalités publiques créent pour elles-mêmes une image de marque, pour être bien reconnaissables, pour aller chercher notre empathie, notre attention, notre amour, nos likes. Mais une fois que c’est fait, une fois qu’elles ont notre confiance, quelle est la part de responsabilité de ces personnalités publiques par rapport aux messages qu’elles endossent? Penchons-nous sur un cas particulier, dont vous avez peut-être entendu parler dans les dernières semaines. Parlons des Kardashian.

Comme plusieurs autres, mais peut-être de la façon la plus remarquable, les Kardashian se sont bâtis un empire sur leur propre marque. Les membres de cette famille aisée des États-Unis se sont habilement servis de leur vie, d’abord mise en scène dans une télé-réalité (Keeping Up with the Kardashians, qui compte 14 saisons sur le réseau E!), pour devenir une équipe puissante et créer un empire commercial basé sur leurs personnalités, leur quotidien, et leur style désormais célèbre.

Petit tour d’horizon de la façon dont ces femmes ont capitalisé la sympathie et l’amour de leurs fans pour créer un éventail de produits commerciaux et de divertissement tous plus lucratifs les uns que les autres. Après Keeping Up with the Kardashians, on a eu droit à des produits dérivés : un livre présentant des selfies de Kim K. (Selfish), un jeu sur téléphone portable (Kardashian Konfidential), une collection de vêtements chez Sears (Kardashian Kollection), une gamme de cosmétiques (KKW BEAUTY), et j’en passe BEAUCOUP. Parmi toutes ces merveilles, une des principales sources de revenus des membres de la famille Kardashian demeure les messages commandités qu’elles publient sur Instagram et Twitter, qui peuvent leur rapporter des dizaines de milliers de dollars par publication. Incroyable non?

Mais voilà où le bât blesse. L’une des publications commanditées que Kim partagé sur son compte Instagram a soulevé la controverse récemment. Elle faisait la promotion d’un suçon coupe-faim, de la marque Flat Tummy Co, à consommer dans le but de perdre du poids.

🍭

Une publication partagée par Kim Kardashian West (@kimkardashian) le

*À noter que la publication d’origine, qui contenait la promo officielle pour le suçon, a été effacée « par erreur » suite à la réaction de plusieurs personnalités et spécialistes.

Non seulement les études prouvant l’efficacité de ce produit étaient incomplètes, mais le simple fait qu’une personnalité publique suivie par des tonnes de personnes – et surtout des tonnes de jeunes filles en plein développement – fasse la promotion d’un produit coupe-faim miraculeux est problématique à plusieurs niveaux.

En effet, on parle beaucoup – mais jamais assez, selon moi – d’à quel point les images et messages que l’on voit sur nos réseaux sociaux affectent notre estime personnelle et créent en nous un sentiment d’envie et nous convainc que pour être mieux, il faudrait être davantage comme ces gens dont on regarde les photos. Ce phénomène n’est pas nouveau, l’envie et la jalousie ont toujours fait partie du quotidien des humains, mais ces tares trouvent un moyen de transport magnifiquement efficace dans les réseaux sociaux.

Tout n’est pas si noir, mais dépendamment de la façon dont on utilise les réseaux sociaux, on peut en retirer pas mal plus de négatif que de positif… Une étude a démontré que si on utilise les réseaux sociaux (Facebook dans le cas de cette étude) davantage pour observer la vie, le visage et le corps d’autrui que pour communiquer nos bons coups à nous (ce qui est proportionnellement le cas), on en tire plus de frustration que de bonheur, et notre estime personnelle s’en trouve affectée. Ces faits ont été prouvés par plusieurs autres études : il ne fait pas de doute que plus on utilise les réseaux sociaux, plus on se compare, et on se compare presque toujours négativement!

Donc, une personnalité publique avec un capital de crédibilité et une fan base incroyable (mettons Kim Kardashian) n’a-t-elle pas la responsabilité de faire attention aux images et aux messages qu’elle partage avec ceux qui la suive, et on va se l’avouer : la font vivre? N’a-t-elle pas le devoir de vérifier la véracité du contenu qu’elle partage, et surtout, de s’assurer que celui-ci soit éthique?

Le cas de Kim Kardashian et du suçon de Flat Tummy Co. n’est qu’un exemple, mais cette façon de glorifier auprès d’une audience potentiellement fragile une image physique difficilement atteignable (puisque fabriquée), et de faire la promotion de produits douteux par-dessus le marché se retrouve trop souvent sur nos écrans. Les stratégies de branding des personnalités publiques devraient définitivement s’éloigner de ce genre de contenu, pour le bien de tous.

Et c’est à méditer pour tout ce qu’une personnalité publique choisit de partager avec ses fans. Rien n’est anodin et le capital de sympathie si durement acquis a le potentiel d’être utilisé à des fins moins nuisibles et pourquoi pas… intelligentes et utiles!

Alexandra Turgeon

Derrière l’image, une chronique à suivre sur Les Méconnus!

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :