Du 20 mars au 7 avril, dans la Salle intime du Théâtre Propero, sera présentée la pièce Cour à scrap, qui nous dresse le portrait d’une famille de mal famés, de tout-croches qui ne font rien comme tout le monde et qui ne sont parfois pas toujours préparés à ce que leur réserve la vie, mal famée elle aussi par bouts, dans la métropole contemporaine. C’est alors que l’arrivée du Câlineur de la fonction publique vient chavirer leur quotidien en tentant de remplir une mission gouvernementale: combattre l’isolement. Et comment ça se combat, l’isolement? À coup de câlins censés unir les marginaux, les différents, les pas comme tout le monde, et les autres citoyens. Rien de moins. Portrait d’une famille reconstituée, donc, mais aussi portrait de l’exclusion sociale, de la différence et d’une réflexion partagée sur les liens qui unissent ceux qui ne seront jamais comme tout le monde.

Il s’agit d’une deuxième création pour les auteures, Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent, qui partagent également la scène avec Frédérike Bédard, Nico Gagnon et Danny Gilmore. Mise en scène par Stéphan Allard, la pièce s’inscrit dans le mandat du Théâtre de l’Affamée, qui consiste à se pencher sur les enjeux contemporains qui touchent les femmes. Le Théâtre de l’Affamée nous avait offert, en 2009, la pièce Walk-in ou Se marcher dedans.

– Annie Dumont

À ne pas manquer, du 20 mars au 7 avril à la Salle intime du Théâtre Prospero!