Crédit photos : Catherine Asselin-Boulanger

Lundi soir, Club Soda. Les fans étaient au rendez-vous pour accueillir les cinq équipes de cette année et départager, dans la joie et la bonne humeur, les Jaunes et les Bleus au lancement de la saison de la Coupe Charade 2018!

Le 21 octobre dernier, le théâtre de la Ligue Nationale d’Improvisation (LNI) fêtait ses quarante années d’existence. Compagnie professionnelle vouée à la production, la diffusion et la promotion de spectacles d’improvisation théâtrale, c’est en 2016 que l’Assemblée nationale du Québec a reconnu cette forme artistique comme « un courant emblématique de la culture québécoise, une forme d’expression unique et une discipline à part entière ». Tout de même!

Difficultés financières soulignées

Après un décompte digne des plus gros spectacles, le maître de cérémonie Nicolas Pinson et l’analyste Christian Vanasse ont présenté les équipes de cette année, sous les applaudissements du public.

Pierre Carrier, président du conseil d’administration, et François-Etienne Paré, directeur artistique de la LNI, ont ensuite pris la parole pour évoquer avec sérieux les conditions de travail de la LNI. Ils ont notamment expliqué que c’est « très difficile de runner c’te business-là! », que l’équipe des Bleus est à vendre (en indiquant le montant faramineux de 150 000$ en blaguant) et que la LNI peine toujours à recevoir suffisamment de subventions de la part du gouvernement.

Qu’à cela ne tienne : Carrier et Paré n’ont pas hésité à vanter également les bienfaits de l’improvisation théâtrale et de la place de la LNI au Québec, qui touche près de 50 000 personnes par an par ses spectacles, ses actions dans les écoles, ses formations et divers ateliers. Pour Carrier, l’improvisation est le « joyeux fleuron » du Québec.

Après la promotion d’un nouveau chandail décoré par une phrase culte de Michel Rivard, ce dernier nous a livré un hymne tout en sensibilité, en guitare et en retenue. Émouvant.

Le « jeu d’inconfort et d’incertitude » comme l’a si bien nommé Francois-Etienne Paré a alors officiellement pu commencer!

Au jeu!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après ces présentations, l’arbitre Simon Rousseau a lancé la première improvisation : « Thème : la date, catégorie mixte, un joueur par équipe, 3 minutes ». Et c’était parti : caucus rapide et hop, sur scène!

Les improvisations se sont enchaînées, et ne se sont jamais ressemblées, devant un public toujours enthousiasme qui brandissait fièrement son carton (jaune ou bleu), se laissant mener dans les histoires les plus loufoques.

C’était un match serré! Composée de Réal Bossé, LeLouis Courchesne, Diane Lefrançois et leur nouvelle recrue Pascale Renaud-Hébert, l’équipe des Jaunes Québécor menait au départ pour finalement se faire rattraper petit à petit par les Bleus, composés de Frédéric Barbusci, Amélie Geoffroy, Marie-Eve Morency et la nouvelle recrue (pas si nouvelle !) Guy Jodoin, très en forme d’ailleurs.

Encadrés par la musique d’Éric Desranleau, les improvisateurs se sont démenés devant l’audience. Réal Bossé a livré sa meilleure imitation de cloche et s’est même mis dans la peau d’un chien quelque peu enragé, mais amoureux du facteur. Entre l’imitation de cuisiniers portugais et les revendications LGBTQ, les thèmes ont mis aux défis ces as de l’imagination et du rebondissement.

Bercée par l’inattendu et le rire, c’était une belle soirée qui a dignement ouvert la Coupe Charade 2018. Paré à défendre ses couleurs préférées, le public était au rendez-vous et prêt pour cette nouvelle saison, cette 41e année de finesse, d’humour, de collaborations et finalement d’amour pour l’improvisation théâtrale!

Léa Villalba

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :