Cet article est le premier d’une série consacrée à l’art immersif.

Mardi soir, la Société des Arts Technologiques inaugurait la 5ème édition du symposium iX, dorénavant un point de rencontre incontournable de la recherche et de la création d’expériences immersives à travers le monde. Chaque année, des centaines d’artistes, d’ingénieurs, de développeurs et de producteurs se rencontrent à Montréal pour partager les plus récentes percées technologiques, œuvres de réalité virtuelle/augmentée et performances interactives. L’art immersif serait-il sur le point de basculer vers le marché grand public et d’entrer dans nos vies quotidiennes? C’est la question qui est sur toutes les lèvres.

Le monde technologique traverse une période à la fois profondément intéressante et troublante. Les mégalopoles continuent leur marche inexorable vers la collecte de données en vue de créer des systèmes urbains de plus en plus intelligents. Grâce aux réseaux neuronaux, de plus en plus d’emplois sont automatisés, annonçant une montée en flèche du taux de chômage d’ici quelques décennies. Les géants de l’industrie (Google, Apple, Facebook, Amazon) possèdent des actifs exorbitants, capables d’acheter des pays en entier. L’optimisme qui fomentait les débuts d’internet et de la Silicon Valley ont fait place au cynisme de l’affaire Cambridge Analytica. Devant cette insécurité politique mais aussi morale, certains voient la réalité virtuelle comme étant l’apothéose de l’individualisme: le dernier repliement sur soi, casque sur la tête, déconnecté du réel. Mais ce n’est pas du tout la conception qu’en ont les pionniers du média, pour qui l’art immersif est d’abord un puissant outil de communication: un portail vers l’autre qui connecte des individus autrement isolés.

Le problème : les expériences dans un dôme sont coûteuses, et acquérir un casque l’est encore davantage. C’est d’ailleurs un des facteurs qui rendent la diffusion du média plus difficile auprès du grand public, avec la rareté du contenu de qualité. À ce titre, pendant toute la durée du symposium, la SAT offre la possibilité de visionner quatre œuvres dans la Satosphère pour le prix d’un seul billet, et d’essayer gratuitement plus de 40 expériences de réalité virtuelle ou augmentée à la fine pointe de la technologie. Le spectacle de jeudi, dont la pièce NASCENT a déjà été encensée ici, est extrêmement prometteur, tout comme DRICHTEL, d’Axel Hélie-Fontaine, présenté mercredi. Du côté de la VR, c’est une occasion en or d’essayer le désormais classique Eagle flight d’Ubisoft en multijoueur, ou encore d’expérimenter d’une façon saisissante les rapports de pouvoir homme-femme dans Uturn, une série immersive qui place le spectateur des deux côtés de l’inégalité entre les sexes au sein d’une start-up en déclin. Il ne faut surtout pas manquer la toute dernière création du studio montréalais Félix & Paul, Space Explorer, qui se verra augmentée d’une rétroaction tactile D-Box pour l’occasion.

Au-delà de ces expériences, le cœur d’iX se situe ailleurs. Pendant 3 jours, plus de 20 ateliers, conférences et tables rondes sont dispensées par les experts des technologies immersives d’à travers le monde, traitant de sujets aussi philosophiques que techniques en passant par la création artistique. Quelques conférenciers en rafale: Tamiko Thiel, designer du Connection Machine, Zach Lieberman, cofondateur de la célèbre plateforme openframeworks, Alexandra Deschamps-Sonsino, reine de l’internet des objets, ou encore Kent Bye, créateur de l’excellent Voices of VR Podcast. Le symposium iX s’offre à tous les goûts et à toutes les pratiques, et n’attend que votre enthousiasme pour continuer sa marche vers le futur.

Impossible d’y assister? Le talk-show iX LIVE, animé par le journaliste et porte-parole de l’événement Bruno Guglielminetti, vous permet de rester en contact avec les experts, que ce soit par téléphone, écran d’ordinateur ou lunettes de réalité virtuelle.

-Nathan Giroux

Le parcours iX : 40 expériences VR/AR (gratuit)
Mercredi 30 mai au vendredi 1er juin : 17:00 à 19:00
Samedi 2 juin : 10:30 à 20:00

Les spectacles iX : 12 œuvres originales dans le dôme

Jeudi 31 mai, 19:00 : INTERFERENCES (Synthestruct alias Ginger Leigh, US) – CRÉATURES (Vincent Houzé, FR + Dave & Gabe, US) – NASCENT (Vergil Sharkya, AT + Push 1 Stop, CA) – NOCTAMBULE (Oilhack, FR + TSF, FR + Marie-Michèle Beausoleil, CA)

Vendredi 1er juin, 19:00 : REMOTE SENSE (Jonny Knox, UK + Darien Brito, NL) – LOST (Ulf langheinrich, DE) – HYPERFORM (Max Cooper, UK + Maotik, FR) – BIOSPHERE & INITI (Biosphere, NO + Initi, CZ)

Les conférences iX : http://ix.sat.qc.ca/?language=fr

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :