Illustration: Marianne Houle

Beaucoup l’attendaient celui-là! Après Tantale en 2011, Monogrenade nous présente enfin son deuxième effort le 4 février prochain sous l’étiquette Bonsound : Composite.

C’est sous un thème bien précis que l’album a été créé : «Nous sommes des êtres complexes, composés de notre bagage génétique, de notre environnement, des autres, du hasard. Nous sommes trop petits (ou pas assez) pour comprendre toute la complexité de nos êtres et de notre habitat. Nous voguons là-dedans comme si nous savions ce qu’il fallait faire, ce qui est bien et ce qui est mal.» explique Jean-Michel Pigeon. Accompagné de Mathieu Collette, François Lessard, Marianne Houle, Ingrid Wissink, Julie Boivin, le chanteur nous offre un résultat bon et solide. Très solide.

Si la formation est un peu moins dans la vague pop-orchestrale, – elle s’investit encore plus du côté de l’électro («Métropolis») et donne même dans les sonorités eighties («Tes yeux»)-, elle offre tout de même des pièces qui rejoignent totalement son premier album : «L’aimant», «J’attends», «Labyrinthe» (avec Marie-Pierre Arthur), etc. Décidément, c’est à des joueurs de haut niveau qu’on a affaire : entre musique atmosphérique jouée avec talent, sinon finesse, et paroles poétiques, les membres de Monogrenade arrivent à créer un univers qui ne peut que devenir une signature. Et si le groupe sort de ses propres sentiers pour explorer, on ne s’en plaint pas. Loin de là.

– Mélissa Pelletier

Lancement-spectacle à ne pas manquer le 5 février à 18h au La Tulipe. Gratuit. (Arrivez tôt!)