Les théâtres affichent déjà leur prochaine saison haute en couleurs, l’été tire à sa fin, ça sent la rentrée et me voilà assise, au théâtre La Petite Licorne, pour déguster Comment je suis devenue touriste.

Un décor épuré, laissant toute la place au talent des deux comédiennes, Annie Darisse et Dominique Leclerc, une mise en scène solide, crue, directe, profonde, qui vise droit au cœur : où en sommes-nous, génération désabusée, dans notre quête personnelle, nos repères, qu’avons-nous fait du monde idyllique dessiné par les générations précédentes, avons-nous été bernés? Et si ce monde coloré n’était en fait qu’un conte en noir et blanc, sans mot, sans aucun son? Avons-nous le pouvoir d’y changer quelque chose?

J’assiste au combat du personnage principal, une femme, toute ordinaire soit-elle, Alexandra, assise sur sa vie comme tant d’autres finissent par le faire : qu’a-t-elle fait de ses buts, de ses rêves, ses espoirs, ses valeurs? Son passé vient la hanter sous forme de l’ « Alexandra combattante d’il y a quelques mois », interprétée magistralement par Dominique Leclerc. Combat intérieur : pourquoi ne plus lutter pour sa quête du bonheur, de sa soif de justice? Pourquoi se prélasser dans la facilité, ne mérite-t-elle pas mieux?

Que s’est-il passé pour qu’un événement somme toute banal, une peine d’amour, finisse par pousser Alexandra la « fille à papa qui n’a jamais manqué de rien » en guerrière absolue, indifférente, solitaire, tenace, qui frôle l’impertinence?

Que recherche-t-on dans l’ivresse de l’inconnu, dans le besoin insatiable d’inconfort, dans l’envie de repousser ses limites, de passer de tout à rien, sans étape, d’aller d’un extrême à l’autre juste pour ne plus avoir de fondation? Briser ce qu’on est parce qu’on ne sait plus qui, quoi, comment croire? Que recherche Alexandra? Que recherche-t-on?

Je ne peux passer sous silence le lien pertinent entre Comment je suis devenue touriste et l’actualité qui fait la manchette depuis plusieurs mois. Les générations ne veulent plus se faire dicter leur vie, elles veulent la créer! En Alexandra se retrouvent un désir d’engagement, mais aussi un besoin de détachement, de liberté, être tout ET rien. Un personnage qui nous rejoint, tous et toutes, qui met en lumière nos forces et nos faiblesses, notre besoin de se prouver à soi-même qu’on est davantage que notre petite vie ordinaire, mais que celle-ci nous est tout aussi chère que l’exaltation de l’inconnu.

Une quête d’équilibre. Aller droit vers l’inconnu pour mieux se retrouver. Peut-être êtes-vous touriste, témoin de votre propre vie, sans jamais prendre le risque de l’écrire, d’agir? Alors allez voir Comment je suis devenue touriste.

– Élizabeth Bigras-Ouimet

 

Comment je suis devenue touriste

À la Petite Licorne

Du 20 août au 7 septembre 2012

Production Les Biches Pensives

Interprètes : Annie Darisse et Dominique Leclerc

Mise en scène : Michel-Maxime Legault

Écrit par : Jean-Philippe Lehoux