Le premier tome de Colonisation (Filippi et Cucca) pavait le chemin à l’équipe toute fraîche de Milla vers une série de missions pour récupérer les nefs des premiers colonisateurs de l’espace. À la fin du tome précédent, l’équipe réussissait sa première mission de sauvetage et récupérait Clarence, voué à intégrer leur rang et devenir leur archiviste. Maintenant officiellement engagés par l’Agence comme unité d’élite, Milla et sa clique explorent l’univers à la recherche de ces autres nefs perdues dans le cosmos.

Une deuxième mission au rythme effréné

Pas de préambule, on entre tout de suite dans l’action (une fois de plus!) alors que les héros sont en mauvaise posture, captifs de rescapés des nefs. On se demande comment ils ont bien pu aboutir en si fâcheuse situation, et c’est en contant réciproquement leur récit que geôlier et prisonniers découvrent ce que l’autre veut.

Presque tout ce tome de Colonisation se déroule en sorte de flashbacks, ce qui ne dérange pas plus qu’il faut puisque l’action forte nous fait oublier la « temporalité présente » de Milla et son groupe. Ils découvrent peu à peu l’horreur des passagers de la nef et ce qu’ils ont dû faire pour rester en vie ; les membres de l’équipage ont congelé les colons pour s’en nourrir alors que la planète sur laquelle ils se sont échoués n’est pas viable.

Le dessin de Cucca, toujours aussi agréable à admirer, nous amène avec Marinacci à la couleur dans des teintes plus foncées d’une nature hostile : vert forêt, ocre, pourpre. L’environnement de la planète est fort et évocateur, procure une ambiance qui s’arrime bien au récit. En contrepartie, je déplore un peu le manque d’approfondissement des personnages pour ce qui s’engageait dans le tome précédent à être bien exploré. Filippi se concentre surtout sur Milla, Clarence et Ag’, mais sans toutefois nous fournir plus de détails sur leur passé respectif.

Un troisième tome est prévu pour janvier prochain. Espérons que la psychologie des héros de Colonisation soit davantage mise de l’avant, intriquée avec les diverses pistes laissées ici et là dans le premier tome. Cette série de Glénat en vaut tout de même le détour et est à surveiller.

– Victor Bégin

Colonisation tome 2 : Perdition, Filippi et Cucca, Glénat, 2018.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À DÉCOUVRIR AUSSI :