Je revenais récemment sur une nouvelle série de Glénat, Exilium, qui ne m’avait malheureusement pas convaincu. Je suis heureux de découvrir une nouvelle série plus aboutie qui en est encore à ses débuts dans les écuries Glénat. Retour sur le premier tome Colonisation, Les naufragés de l’espace.

Une équipe d’enfer

On nous plonge tout de suite dans l’action lors de cette introduction à l’univers de Filippi, soigneusement illustré par Cucca. En mission pour récupérer les survivants de nefs de colonisation intersidérale (le classique de la science-fiction et le rêve secret de l’humanité), Milla et son équipe tombent sur un caisson de survie intact dont émerge Clarence, un colonisateur de l’espace venant du passé. L’opération de secours est interrompue par des écumeurs, sortes de mercenaires « méchants » qui pillent les nefs de colonisation. En très peu de temps, il se passe beaucoup de choses, ce qui peut hâtivement confondre le lecteur, mais, heureusement, la cohérence des personnages et la répartition de leurs rôles viennent décortiquer ces actions. Il y a une archiviste, un spécialiste en informatique, un agent de liaison extraterrestre, une docteure. À eux tous, ils forment une équipe de cadets en voie de devenir titulaires de leur titre respectif avec la mission de sauvetage.

Il faut dire que la trame principale, récupérer les survivants des anciennes nefs de colonisation, permet toutes sortes de situations pour la suite des aventures de Milla et son équipe. En effet, le genre de série qui est axé sur des « missions » devient le terreau fertile d’une infinité d’épisodes. Or, les intrigues parallèles s’avèrent convaincantes chez Colonisation. Clarence, le survivant, cherche une femme avec qui il partageait une vie de famille virtuelle. Cette femme est d’ailleurs détenue par les écumeurs, dont on reverra sans doute le visage dans les tomes suivants. Filippi a aussi laissé des indices quant à une relation que la capitaine entretenait avec un désormais écumeur, relation qui vient de poindre dans le premier tome pour mieux s’étayer dans les suivants, espérons-le. Ces pistes sont tout autant plus intéressantes les unes que les autres puisqu’elles procurent un background story et une consistance aux personnages qu’on aura enfin envie de suivre.

Belle mise en appétit de Filippi et Cucca, à suivre pour tous les fans de bande dessinée et de science-fiction.

– Victor Bégin

Colonisation, tome 1 : Les naufragés de l’espace, Filippi et Cucca, Glénat, 2018.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À DÉCOUVRIR AUSSI :