Zviane est une de nos bédéistes les plus prolifiques. Son œuvre, très diversifiée, possède pourtant certaines constantes. En effet, outre les références à la musique, le recours à une certaine ironie et son talent pour nous proposer en quelques traits des personnages d’une profonde humanité, elle nous offre également un univers souvent onirique où la symbolique, parfois surréaliste, tient une grande place.

C’est d’ailleurs tout à fait le cas pour Club sandwich, un album qui fait suite à Pain de viande et autres dissonances, publié lui aussi aux éditions Pow Pow, en 2011. Ces deux livres, qui regroupent chacun plusieurs petites histoires, ont été conçus dans un contexte particulier, soit celui des 24 heures de la BD, un type d’événement qui consiste à réaliser une courte histoire en 24 heures, avec ou sans contrainte thématique. Club sandwich regroupe donc cinq de ces histoires, que Zviane accompagne d’une courte BD explicative en introduction.

Une ambiguïté qui laisse rêver

Lire ce livre est un véritable plaisir. Chaque histoire nous plonge dans un univers différent, quoique toujours énigmatique en raison des contraintes biscornues qui les ont fait naître. On y retrouve par exemple un groupe d’amis réunis chaque année pour bâtir un iglou dans leur salon, un sculpteur de musique en 3D, un monde où il est pervers de montrer la paume de sa main droite à autrui et un réparateur magique de discorde. Malgré tout, l’auteur réussit toujours à donner cette touche de sensibilité qui est caractéristique de son œuvre, et l’on demeure à chaque fois touché par la finale, restée en suspens en raison d’une ouverture ou d’une ambiguïté qui laisse rêver.

Il ne faut pas oublier non plus l’aspect visuel du livre. La force du dessin se retrouve dans la simplicité du trait, conséquence du contexte de création et de la contrainte de temps dont disposait l’auteure. En dépit de cette difficulté, Zviane a réussi à donner à ses personnages un maximum d’expressivité, à vraiment nous faire entrer dans ses histoires ainsi qu’à nous faire ressentir les émotions qui les portent, et ce, avec un humour et un esprit qui font de ce livre un divertissement à la hauteur de nos attentes.

Mathieu Simoneau

Club sandwich, Zviane, Les éditions Pow Pow, 2016.