La vaste région de la Montérégie nous donne l’embarras du choix en ce qui a trait aux sorties culturelles. Qu’on soit du type bouquinerie nouveau genre, café-bar animé ou ciné-parc en pyjama, on y trouve toujours quelque chose à faire! Suivez-moi pour un petit tour d’horizon.

La Factrie, café culturel
17, rue du Marché, Salaberry-de-Valleyfield

La Factrie est un café culturel où sont offertes mille et une occasions de se rassembler. Qu’on le visite pour s’en évader (parce qu’on y trouve un jeu d’évasion!), qu’on s’y arrête pour manger une bouchée ou prendre un verre, ou encore qu’on y assiste à un spectacle, c’est toujours dans une ambiance chaleureuse de partage qu’on s’y retrouve.

Lieu de rassemblement qui se positionne en complémentarité avec l’offre culturelle de la ville de Valleyfield, La Factrie propose des activités artistiques qui vont de la découverte à l’exploration. Les jeudis, vendredis et samedis réservent leurs soirées à l’humour, aux conférences, aux concerts intimes de genres divers (punk, burlesque, etc.), aux joutes du divan (compétitions de jeux vidéo), et encore! De leur côté, les arts visuels ne sont pas en reste, car La Factrie accueille des vernissages et même des soirées d’improvisation sur toile. C’est un incontournable dans la ville pour quiconque s’intéresse à l’art émergent et à la relève artistique.

Librairie La Cargaison
51-A, rue George, Sorel-Tracy

La librairie La Cargaison est l’exemple type d’un projet qui grandit au fil du temps. Après un parcours d’une vingtaine d’années dans la métropole où il a travaillé en bouquinerie pendant six ans, Jean-Philippe Thivierge a choisi de revenir en région et de démarrer sa propre entreprise, la librairie d’occasion La Cargaison. Ouverte en février 2015, la bouquinerie est d’abord une boutique en ligne dont les stocks faramineux sont entreposés dans le sous-sol des beaux-parents, puis en entrepôt. Celui-ci sera finalement ouvert au public en 2016, pour le plus grand plaisir des bouquineurs de passage.

Devant le succès de ce deuxième volet de l’aventure, M. Thivierge décide d’ouvrir, en complément à sa boutique en ligne, une librairie en chair et en os, à deux minutes de l’entrepôt. Depuis le 3 février 2018, ces nouveaux locaux avec pignon sur rue offrent aux lecteurs d’occasion un environnement lumineux et aéré. La librairie généraliste repose sur l’ordre : il est donc facile d’y trouver ce que l’on cherche. Par ailleurs, une section comprend des disques compacts, des 33 tours, des DVD et même, de plus en plus souvent on l’espère, des jeux de société! Quelques livres anciens sont aussi offerts aux curieux, le tout en fonction des trouvailles du propriétaire.

La Cargaison, bouquinerie alliant la formule 2.0 à la formule traditionnelle, est donc un tout nouvel endroit à découvrir, qu’on préfère consulter un catalogue en ligne ou flâner devant les rayons.

Le Zaricot
1460, rue Des Cascades, Saint-Hyacinthe

Un bref échange avec Joëlle Turcotte, copropriétaire du Zaricot et directrice de la programmation, m’a permis d’apprendre que Saint-Hyacinthe était autrefois considérée comme le Liverpool du Québec. Les années 60 y ont vu naître plusieurs groupes populaires et l’intérêt de la ville pour la musique était marqué. Le Zaricot, soutenu par ce passé effervescent, se donne depuis bientôt quinze ans la mission de promouvoir les artistes émergents d’aujourd’hui.

Avis aux mélomanes : le Zaricot présente des spectacles musicaux dans toutes les gammes de genres. Cette offre éclectique comprend du rock, du folk, du jazz, du blues et même de la musique électronique, pour ne nommer que ceux-là. L’établissement, qui peut accueillir entre 160 et 180 personnes (selon la formule : cabaret ou debout), est reconnu pour la qualité de son acoustique. L’expérience sonore y est totale puisqu’on exige dans la salle le silence complet. Quelle meilleure façon de découvrir des artistes que dans cette forme de recueillement? Ne vous inquiétez pas, le spectateur est encouragé à échanger librement avec les artistes avant et après les représentations : un grand avantage des petites salles.

Si le Zaricot fait la part belle à la musique, il diffuse aussi des spectacles d’improvisation, de l’humour, du théâtre, des soirées littéraires… Il faut surveiller la programmation! Pas convaincu? Commencez par aller y prendre un verre…

Le Ciné-Parc St-Hilaire
800, chemin du Ciné-Parc, Mont-Saint-Hilaire

Le saviez-vous? Des 45 ciné-parcs qu’on retrouvait au Québec, il n’en reste que 5. Et la Montérégie en compte deux, dont celui de Saint-Hilaire. Ouvert en 1972, l’établissement est passé aux mains d’André Monette en 1987. Le propriétaire, qui a une longue expérience dans le domaine du cinéma — de la distribution à la projection en salles —, a su faire du lieu un incontournable pour les familles.

De la mi-avril jusqu’à la fête du Travail, des primeurs soigneusement choisies sont présentées sur les deux écrans que l’on retrouve dans ce grand champ de Saint-Hilaire. Syntonisez, comme dans vos souvenirs, la bonne chaîne sur la radio de votre voiture et revivez l’expérience du cinéma en plein air.

Les installations ont été reconstruites en neuf il y a quelques années, et le ciné-parc a suivi le virage numérique. Si l’endroit a du vécu, il n’en est pas moins moderne! Et ce qu’il y a de plus agréable, c’est qu’en attendant le début du film, on peut se promener sur le terrain, jouer au ballon, laisser courir les enfants… On va au cinéma parce qu’on a besoin de sortir. Le ciné-parc permet cela en grand.

Bonnes découvertes!

Christine Turgeon 

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :