Sarah Bronsard et Nancy Gloutnez collaborent une nouvelle fois avec Tangente, dans le cadre d’un remixage de leur création respective – Ce qui émerge après (4kg) et  Les mioles – et d’une toute nouvelle création, En attendant le pick-up. Un processus qui a pris place un peu plus d’un an, les obligeant à lâcher prise sur leur propre création, pour la déconstruire et enfin construire ensemble un hybride percussif.

La rythmique est le point d’ancrage, où les idées créatrices se transposent dans le corps. Toutes les deux passionnées par la danse percussive – Sarah Bronsard par la danse flamenca et Nancy Gloutnez par la gigue -, elles sortent de la codification propre à leur expertise pour offrir une expérience sonore, sensorielle et réfléchie.

Ce qui émerge après (4KG) de Sarah Bronsard – Remix de Nancy Gloutnez

Le bruit émerge de petits systèmes mécaniques dispersés sur la scène. Comme écrit dans le programme, 4 kg est le poids de la peau morte qu’un humain perd en moyenne chaque année. La perte de peau, l’abandon du passé qui laisse place au nouveau.  Une mutation vers une nouvelle codification du flamenco. Une légèreté nouvelle qui mène à des rythmes différents. Un échange se crée avec les effets sonores de l’environnement contrôlé par Nancy Gloutnez.

Assise devant l’ordinateur, elle semble suivre les pulsations de Sarah. C’est une nouvelle présence dans la chorégraphie et celle-ci fait évoluer la pièce. L’interprète doit muter parmi les filages de la robotique et être à l’affût à la proposition sonore mené par son acolyte. De ce remix découle une volonté d’échange à travers le temps de la part des deux artistes. C’est un beau reflet du processus qu’elles ont accompli.

Les mioles de Nancy Gloutnez – Remix de Sarah Bronsard

Les musiciens gigueurs ont chacun leur mémoire. On peut entendre la rythmique qui habite chacun d’eux, dirigé par un chef d’orchestre qui permet une ouverture vers celle de chacun. Les mioles soumet les spectateurs à cette expérience. Bien que la signature rythmique de la gigue soit à la base complexe, il est d’un tout autre niveau de mélanger des polyrythmies. C’est avec intelligence que les pieds percutent le sol en partageant l’univers de chacun, créant ainsi une musicalité unique.

L’énergie se déplace dans le corps, dictant aux mains un monde infini de nouvelles possibilités. On sent l’influence de Sarah Bronsard dans l’utilisation de celles-ci. Elle transpose l’énergie du flamenco à travers la gigue par l’intensité du son. On se laisse bercer par les pas plutôt léger et doux qui se transforment en sons affirmés, puissants. Les interprètes sont à la fois seuls dans l’intériorité de leur rythmique, mais en réponse constante de celle des autres. La trace du processus de création est indéniable. On peut palper la réflexion des rythmiques ardues et de la fusion intellectuelle des artistes.

En attendant le pick-up – Sarah Bronsard & Nancy Gloutnez

Une rencontre entre deux personnes ne peut être sans répercussion lorsque celles-ci ont des parcours similaires. On peut sentir l’influence de leur vie de mères dans cette création commune. De petites voitures sont propulsées entre les jambes des deux artistes qui explorent en accords et en arythmies des accents en réaction à l’univers présent. Le chaos semble régner parfois, mais le bruit des petits jouets réfère notre mémoire à des souvenirs d’enfance: un lieu sécuritaire et apaisant.

Lorsque les deux interprètes essaient de prendre le dessus sur les objets en mouvement, le rythme se casse à certains moments, s’intensifie… Le silence s’installe pour un bref instant, et la folie prend le contrôle du corps de chacune, qui vont se réfugier sous un drapé. Un moment de répit, à l’abri du monde extérieur. Une fusion se crée, une complicité naît. Un symbole très fort de sécurité, de réconfort, de naissance vers une nouvelle expérience, bref un nouveau cycle.

***

Nous sommes en relation constante avec des ambiances sonores dans notre quotidien. Cette réalité peut être source d’inspiration et c’est à partir de ces moments que notre corps peut réagir, intervenir dans cette possibilité infinie de rythmiques. En tant que gigueuse avertie, je peux dire que l’éventail de possibilités d’agencement ne cesse de grandir. Les trois créations proposées par Tangente démontrent la complexité et l’univers sans fin de la danse percussive.

– Ève Tessier

Le spectacle était présenté au Monument-National du 10 au 13 décembre.