Une vague de froid s’acharne sur Montréal. Entassées au Club Soda, plus d’une centaine de personnes sont présentes à un deuxième rendez-vous avec David Giguère. Nous sommes le 4 mars 2014, soit 2 ans après la sortie de son premier album Hisser haut, et les fans de l’auteur-compositeur attendent fébrilement de découvrir les nouveaux horizons de Casablanca. La barre est haute pour cet album inédit. L’univers singulier de David Giguère saura-t-il nous séduire, nous conquérir tel son prédécesseur?

C’est entouré de nouveaux musiciens que David monte sur scène. Le froid s’incline ; les premières notes lèvent le voile sur l’intimité du chanteur en des images narrées sans pudeur, profonde traversée de l’auteur.

L’artiste nous ouvre les bras tel un vieil ami que l’on retrouve après un voyage semé en cartes postales. Nous l’attendions. Ses compositions nous révèlent un homme plus extraverti, plus confiant, prêt à se faire un peu plus découvrir par nous, comme une marque de confiance envers nos liens noués depuis 2 ans.

Casablanca est riche d’expériences, de souvenirs, de clichés en noir et blanc. L’artiste colore chacune de ses chansons au gré de ses émotions, sans restriction et sans amertume, que du vrai, que du présent, que des couleurs dans le ici et maintenant!

David Giguère a su renouveler son style tout en conservant sa plume unique qui fait de lui un artiste tout aussi unique.

Son deuxième album Casablanca est maintenant disponible.

– Élizabeth Bigras-Ouimet