Crédits: John Londono

On découvre dans les pièces du premier opus de La Bronze de nouveaux passages plein de fleurs et de dentelle à chaque écoute; l’écriture de cette auteure-compositrice-interprète et comédienne montréalaise est fascinante. Les amoureux de la littérature qui fait appel à l’imagination, qui parle particulièrement à la sensibilité, vivront des émotions intenses par l’union des sons pop-rock-électro et de la poésie sensuelle mais explosive de La Bronze.

Le sourire en coin à chaque écoute

De son vrai nom Nadia Essadiqi, l’artiste accomplie nous épate avec son premier album, réalisé par Sébastien Blais-Monpetit (Radio Radio, DJ Champion, Caracol), aux chansons rafraichissantes, remplies de métaphores surprenantes; douze morceaux d’histoires rocambolesques, teintées de nuits blanches sexy et de folies de jeunesse.

Le lancement de ce petit bijou se déroulait le mercredi 17 septembre dernier à l’Appartement 200, bar-loft sur Saint-Laurent, pas loin de la rue Prince-Arthur. La Bronze, album éponyme, est en écoute intégrale sur Bandcamp. Je vous invite à écouter « La jeunesse féline », un des deux extraits que l’on peut entendre sur les radios jusqu’à maintenant, et à vous attarder aux paroles, qui sont vraiment pleines de motivation.

Je vous invite également à écouter la pièce « Mon cœur est fauve », dont la musique a été composée par Misteur Valaire (on sent d’ailleurs très bien l’influence de la formation). Sinon, l’auteure-compositrice-interprète sera en tournée au Québec cet automne ; ça vaut le coup d’attraper un de ses concerts, promis!

La Bronze, version comédienne

La Bronze a également joué le rôle de Bam, l’un des personnages principaux de la série Quart de vie. Diffusée sur Tou.tv, la comédie met en scène trois jeunes femmes dans la vingtaine ; la première saison a d’ailleurs connu un grand succès auprès du public et de la critique. Personnellement, après chaque épisode, je m’écriais : «Ayoye, sont bin malades», ou encore : «C’est n’importe quoi !» Vraiment, cette websérie est folle. Justement, ça rappelle l’espèce d’intensité qui transparait dans la musique et les textes de La Bronze. Dans l’épisode numéro quatre, on l’entend chanter à quelques reprises. Elle est pétillante, elle est excentrique. C’est beau. Écoutez AU MOINS le premier épisode. Vous allez rire, c’est sûr.

– Geneviève L’Heureux

Pour connaître les dates de la tournée de La Bronze, c’est ici!