Crédit photo: Svetla Atanasova

Une œuvre créée à partir de papier collant? Une installation interactive, qui permet d’y ajouter sa touche personnelle… ou carrément d’y jouer? Un mélange entre danse et arts visuels? Vous en avez peut-être entendu parler entre les branches (ou sur nos pages): #boxtape. Entre performance et sculpture, cette nouvelle proposition de Tangente Danse sort définitivement des sentiers battus.

En entrant dans l’immense salle allouée à #boxtape dans Griffintown – the paper factory, on ne peut qu’être impressionné par l’idée de Peter Trosztmer. Parce que c’est imposant, parce que ça en jette et que vraiment, c’est d’une simplicité folle! Du papier collant, de la musique catchy, des créateurs enjoués (Jeremy Gordaneer — Thea Patterson — Elinor Fueter — Sonya Stefan — Lois Brown — Nathan Yaffe — Sigrid Patterson — Chi Long — Winnie Ho — Emmalie Ruest — Karen Fennell — Audrée Juteau — Gabriel Painchaud — Robin Pineda Gould), un public réceptif… Et hop, on a une soirée qui se tient.

En riant, Peter avoue que l’inspiration de #boxtape n’est pas venue d’emblée. «C’est une idée qui s’est développée avec le temps.» C’est précisément en performant dans EESTI: Myths and Machines en 2011 que le danseur de formation trouve le filon de ce qui sera bientôt #boxtape«Dans ce solo, j’utilisais du papier collant pour attacher mes bras au sol. Et j’ai trouvé ça vraiment intéressant. Avec les années, j’ai exploré.» Bien vite, l’idée d’une sculpture est apparue.

Que de papier collant utilisé par Trosztmer et ses amis créateurs! «On jouait, on s’amusait sans trop avoir d’idée en tête. Un jour, on a décidé de lancer quelqu’un dans l’installation. On était préparé à une chute… qui n’est jamais venue.» Mais le plaisir lui, a été au rendez-vous. Voilà, #boxtape était né.

 

Une nouvelle représentation, un nouveau #boxtape

Ce qui est bien spécial avec #boxtape, c’est que le public est une partie très importante de la création. Les spectateurs peuvent créer avec l’équipe, se lancer dans la structure, ajouter du papier collant ici et là, jaser en observant les autres… Sky is the limit et on aime ça ainsi.

«La réaction des gens face à #boxtape est toujours différente. Parfois, certains ont tendance à embarquer dans l’histoire de quelqu’un d’autre. Souvent, une espèce de coopération se crée. Les gens se mettent à créer collectivement…» Jeu dangereux? Pas du tout. L’équipe de #boxtape veille au bon déroulement des envies créatrices de l’assistance, question que l’exploration se fasse dans la sécurité.

Peter Trosztmer est clair: c’est pour explorer d’autres facettes de son art – la danse – qu’il a été vers #boxtape. Cette ambiance d’ouverture, de besoin d’aller voir ailleurs, est palpable dans la pièce. «J’adore créer un sentiment, passer du temps avec le public. J’aime beaucoup observer les spectateurs, voir leur manière d’aborder #boxtape Ici, pas question d’assister à un énième événement ou spectacle. On en fait plutôt partie, dans tout ce que ça a de beau et de confrontant.

– Mélissa Pelletier

#boxtape, du 16 au 20 octobre à Griffintown – the paper factory. Pour plus d’information, c’est ici