Année forte du côté des bandes dessinées, 2014 nous a offert de belles surprises! Qu’est-ce qui sort du lot? Boris Nonveiller nous parle de ses 5 bandes dessinées favorites de l’année.

1. Building Stories, Chris Ware, Delcourt

Chris Ware a déjà marqué (le mot est faible) le monde de la bande dessinée avec Jimi Corigan, mais il sort maintenant un véritable OVNI, une œuvre dont la bizarrerie et l’originalité sont à la hauteur de la qualité graphique et narrative. Les 14 livres, carnets, cartons et journaux disponibles sans ordre de lecture prédéterminé, tournent autour de plusieurs épisodes de vie de quelques habitants d’un immeuble. Une réflexion fascinante sur ce que sont le vécu, la narration, et les rêves des abeilles.

2. Histoire d’un couple, Hong Yeon-Sik, Ego come X

Avec plus de 500 pages, Histoire d’un couple est un pavé qui se lit en plusieurs heures mais qu’il est impossible de lâcher des mains. À la fois une introspection d’artiste et une chronique familiale, avec ses disputes, ses remises en questions et ses animaux chantants, ce récit mélange avec une habilité rare humour et intensité dramatique, prouvant que l’autobiographie peut être aussi captivante que la fiction.

3. Carnation, Xavier Mussat, Casterman

Un autre chef-d’œuvre autobiographique, Carnation est une plongée dans une relation toxique qui aliéna pendant de longues années la vie de l’auteur. Par son dessin chargé de métaphores, Xavier Mussat nous propose une profonde virée dans sa psyché qu’il intellectualise volontairement, mais dont le dessin est capable de rendre toute la charge émotive…souvent avec détresse. Sans compromis et très personnel, c’est un roman graphique qui pose tout de même une réflexion universelle sur les relations humaines et la détresse psychologique.

4. Les chroniques du Centre-Sud, Richard Suicide, Pow Pow

Avec son humour trash, Richard Suicide nous fait découvrir le centre-sud d’une certaine époque de Montréal. Avec un regard décalé, ce faux documentaire fait visiter des héros alcooliques et paumés qu’il décrit avec une certaine autodérision et un ton qui demeure tout de même assez nostalgique. À la fois éthylique et hilarante, c’est sans doute l’une des meilleures bandes-dessinés québécoises de l’année.

5. Cet été-là, Mariko Tamaki et Jillian Tamaki, Rue de Sèvres

Quand la lecture devient un plaisir de vacances. C’est sans doute la meilleure manière de décrire en quelques mots Cet été-là. En l’ouvrant, le lecteur plonge dans une bulle estivale qui lui rappellera sans aucun doute ce que c’est que d’être un adolescent le temps d’un été et de 320 pages : la découverte de la sexualité, le visionnement des films d’horreur classiques, les différents problèmes familiaux et la légèreté d’un temps sans soucis. C’est à la fois un agréable voyage au bord de la mer et un très beau rappel sur ce que c’est d’être un enfant qui s’en va vers l’âge d’adulte.