Le 30 mai prochain, de 9h à 17h au bar la Quincaillerie, se tiendra la toute première édition du CRAS (ou Colloque de recherche en arts séquentiels) intitulé « Au sens figuré : esthésie et bande dessinée ». Cet événement gratuit, qui souhaite être le premier d’une longue série, rassemblera plusieurs chercheurs, créateurs, étudiants et autres bédéphiles, qui s’interrogeront sur les rapports qu’entretient la bande dessinée avec la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût. Mais le CRAS, à part être un acronyme extrêmement l’fun à dire, c’est quoi, exactement ?

Le CRAS, comme l’écrivent Florence Grenier-Chénier, Marilyn Lauzon et Mathieu Laflamme, membres du comité organisateur, c’est une « manière de participer à la promotion et à la légitimation de la bande dessinée au Québec ».

Car il est vrai que dans le milieu universitaire comme ailleurs, certains demandent encore à la bande dessinée « de faire ses preuves ». D’attester qu’elle est belle et bien « sérieuse », et pas seulement une tendance littéraire pour adultes Peter panesques restés en enfance. Comme si « rapport texte-image » se révélait instantanément synonyme de facilité ou de divertissement aux oreilles de certains, alors que la BD est un art, le 9ème par ailleurs, en pleine effervescence et dont les formes ne cessent de se renouveler et de se diversifier.

Ainsi, on ne peut que se réjouir que de plus en plus de colloques et de conférences consacrés au concept et à la technique de la bande dessinée soient organisés à Montréal, telles la « Journée de conférences sur la bande dessinée » (revue Main Blanche, 23 février 2013), la présentation de Gabriel Gaudette « En quête d’une définition : BD, roman graphique ou iconotexte ? » (NT2, Uqam, 13 mars 2013), ainsi que la table-ronde « Formes du récit de soi : bd, photo, roman » (Figura, Uqam, 19 mars 2013), auxquelles vient maintenant s’ajouter la première édition du CRAS, qui s’inscrit dans le cadre de la deuxième édition du Festival BD de Montréal.

Fans de romans graphiques, amateurs de mangas, acheteurs compulsifs du Planète BD et du Drawn et Quaterly ainsi que non-connaisseurs qui n’ont lu que deux Kid Paddle dans leur vie, cet événement s’adresse à vous et s’annonce comme une belle occasion pour mettre la BD à l’honneur et réfléchir à plusieurs de ses manifestations sensorielles dans le paysage littéraire contemporain.

Pour plus d’informations, voici la programmation de la journée et l’adresse du wordpress ci-dessous :

Programmation

9 h

Mot d’ouverture

9 h 15

Eʀɪᴄ Bᴏᴜᴄʜᴀʀᴅ : La bande dessinée immersive

9 h 45

Aɴᴛʜᴏɴʏ Rᴀɢᴇᴜʟ : L’œil, la main et l’ordinateur

10 h 15

Jᴀᴄǫᴜᴇs Sᴀᴍsᴏɴ : L’ « écobiographie » en bande dessinée ou l’autobiographie à travers le ressenti du monde

10 h 45

Pause

11 h

Aᴅʀɪᴇɴ Gᴇɴᴏᴜᴅᴇᴛ : Pénétration(s) et mise en questionnement du regard dans l’oeuvre de Marc-Antoine Mathieu

11 h 30

Aᴍʏ Bʀᴏᴜɪʟʟᴇᴛᴛᴇ : Récurrence d’éléments visuels atypiques et resensorialisation du personnage dans Blankets de Craig Thompson

12 h

Vɪʀɢɪɴɪᴇ Fᴏᴜʀɴɪᴇʀ : Du voyeur interpelé, ou du rôle du lecteur dans la mise en place d’un univers érotique en bande dessinée

12 h 30

Pause

13 h 30

Zᴠɪᴀɴᴇ (Invitée spéciale)

14 h 15

Éᴍɪʟᴇ Dᴜᴘʀé : La transcription des expériences sensorielles et leur rôle dans la narration dans l’oeuvre de Dash Shaw

14 h 45

Pause

15 h

Tʜᴏᴍᴀs Rᴏʏ : La parole est d’argent… La problématisation du rapport au son et à l’ouïe dans The Walking Dead

15 h 30

Tʜᴀʀᴀ Cʜᴀʀʟᴀɴᴅ : La musique pop anglo-saxonne : Un moteur narratif dans PinkertonDead

16 h

Xᴀᴠɪᴇʀ Gᴜɪʟʙᴇʀᴛ : Les dispositifs sonores dans le manga

« Au sens figuré : esthésie et bande dessinée »

Une présentation du CRAS (Colloque de recherche en Arts Séquentiels)

www.colloqueras.wordpress.com/

Jeudi le 30 mai 2013

9H À 17H, au bar la Quincaillerie

– Alice Michaud-Lapointe