Maria Chapdelaine, le connu roman du terroir de Louis Hémon (désormais passé dans le domaine public) s’est retrouvé entre les mains de Meb qui, après quelques soustractions, a conçu une œuvre originale : Aria de laine, un recueil de poésie construit à même le roman de la terre publié chez Moult Éditions en 2017.

L’idée de ce recueil de poésie, nous dit-elle en préambule, vient d’un petit cadre acheté dans le Nord de l’Angleterre : « De retour de voyage, je me suis mise à découper des poèmes carrés pour le remplir. Puis j’ai eu envie d’entailler tout un livre. » Retour sur ce recueil composé de « vingt chants, vingt poèmes » bien bricolés.   

D’abord, la mise en page est charmante. Toutes les pages contiennent de petits carrés découpés dans le roman originel, dans lesquels sont hachurés de rouges tous les mots sauf quatre ou cinq – c’est-à-dire ces précieux mots choisis par l’auteure – qui recomposent, reconfigurent une poésie à même le roman de Louis Hémon : « quelques arpents de visage/ mille nouvelles / une heure de forêt | les femmes avaient/ des manteaux de /vie / leurs enfants / majestueux et sonores / n’avaient jamais / été ». À la fois délicat et tragique, Aria de laine surprend par la fertilité des vers et la justesse des images convoquées.

L’absence de ponctuation ouvre les possibilités de sens et donne à voir une syntaxe en casse-tête au hasard des mots débusqués par l’auteure. Les vers disloqués participent au rythme haletant et au souffle court de cette poésie chargée de silence : « à la cueillette / des / creux / longtemps / Ils cherchèrent / longtemps muets / leurs serments. »

Dans le bruit des mots hachurés, une poésie émerge, et révèle un univers surréaliste –complètement opposé au réalisme de Hémon – qui donne à voir des sensations de plein, de vide et d’immensité : « la mère émit / huit mille chansons/ de loin / du pays / tout mêlé /  toute sa vie / rien / chaque jour / tout emplissait / les autres. »

Aria de laine reconfigure les thèmes de l’hiver, du chagrin, de la solitude en proposant un univers original et riche où se côtoie l’extraordinaire et l’onirisme, tout en présentant des thèmes bien ancrées dans l’univers du terroir québécois. À lire !

– Léa Rouleau

Aria de laine, Meb, Moult Éditions, 2017.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :