Crédit photo: Geneviève Grenier

J’ai toujours aimé l’univers de Réjean Ducharme. Alors en apprenant que le Théâtre à Deux allait présenter une pièce tirée d’un collage de l’œuvre de cet écrivain, j’ai tout de suite eu envie de voir le résultat. Parce que porter à la scène les écrits de Ducharme peut s’avérer difficile et quelque peu hermétique pour ceux qui n’ont jamais eu la chance de lire ses textes.

Dans la pièce À quelle heure on meurt?, on découvre le monde de Mille Milles et Chateaugué, deux adolescents qui refusent catégoriquement de vieillir. Pour éviter le piège de l’ «adulterie », les amis sont prêts à tout. Même au suicide. Sur scène, cinq Mile Miles (Pierre-Louis Renaud, Simon Dépot, Benoît Fiset, Olivier Rousseau et Benjamin St-Martin Brosseau) et cinq Chateaugué (Marie Favreau, Alexa-Jeanne Dubé, Marie-Phillip Lamarche, Catherine Paquin-Béchard et Claudia Levasseur). Se succédant, s’entrecroisant, s’accompagnant ou se laissant la place au cours de l’action. Sur scène, une jeunesse troublée, triste, mais belle. Un refus total de la société, qui se traduit ironiquement par l’instauration de règles par Mile Miles que son amie s’empresse de respecter. Une relation dominant-dominée qui ne finira bien sûr pas comme on pourrait s’y attendre.

Entre amour, attirance et amitié, le couple évolue à cent mille à l’heure. Entre les mots de Ducharme, le travail textuel de Martin Faucher et la mise en scène de Frédéric Dubois, les comédiens conservent un naturel désarmant. Le quotidien de deux jeunes révoltés est là, devant nous, avec ses beautés et ses faiblesses. Parce que malgré l’excellence de l’ensemble, certains points m’ont malheureusement fait tiquer: les écarts de registres de langages d’un(e) comédien(ne) à un(e) autre; le manque de coordination lors des certaines récitations communes; les problèmes de sons qui nous ont parfois fait perdre des mots derrière la musique… Sincèrement, de petits détails face à la qualité de la pièce.

À quelle heure on meurt?, à voir pour retomber dans le souvenir des premières révoltes, des premières amours et des premières déceptions.

– Mélissa Pelletier

À quelle heure on meurt? est présentée à la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier jusqu’au 30 mars.