Charles Sagalane, l’étalon de la poésie chez La Peuplade, revient cet automne en librairie avec son dernier recueil, 96 bric-à-brac au bord du lac. Objet de toutes les curiosités, retour sur cette poésie qui se veut classique et nouvelle.

La forme du mot

J’ai été surpris dès le début de ma lecture d’y retrouver des rimes : « il fait encore beau / vous posez le marteau / le chantier ira pas plus haut ». Sans trop y penser, on relègue la rime à une histoire très ancienne et aujourd’hui encore très française de France (je connais quelques amis du vieux pays assez fervents de la rime dans leur pratique). C’est donc avec surprise que je débute ma lecture de 96 bric-à-brac au bord du lac. L’auteur se défend par ailleurs de plier les mots comme il l’entend et d’en faire ce qu’il lui plaît avec tout ce bazar.

Ce recueil se veut l’inventaire d’un tas d’objets que remise le sujet poétique. Au travers de ce retour sur son butin, l’auteur utilise quantité de procédés d’écriture afin d’illustrer avec originalité son bric-à-brac hérité en partie de sa famille. On peut y retrouver un poème en forme de lampe de chevet, un autre en forme de clé de mécanicien, une plaque d’immatriculation, des chapitres onomatopées (Paf!, Crac!, Bang!), de pages de livres photocopiées et en grosse partie raturées. Bref, on y va de toutes les façons possibles pour énumérer les objets du fouillis.

C’est un défi intéressant que relève l’auteur lorsqu’il s’agit de poésie au Québec. Bien que ses poèmes soient courts, ils abondent (quelques 200 pages). De quoi amplement explorer sa parole et ses souvenirs. La partie sur la stichomancie (création de poèmes à partir d’œuvres préexistantes en raturant au hasard des passages) revêt le plus grand intérêt du livre. Le poème Dans quel lit couchent les poèmes est exquis : « l’immobilité / donne vie / la forme / se détache / et ce désir / toujours / rencontre / l’infidèle vide » (Avec Faire l’amour, Nota Bene, page 96).

96 bric-à-brac au bord du lac est un recueil de poésie ludique et léger qui nous rappelle combien on peut accumuler toutes sortes de possessions matérielles au cours d’une vie.

– Victor Bégin

96 bric-à-brac au bord du lac, Charles Sagalane, La Peuplade, 2018.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À DÉCOUVRIR AUSSI :