Connaissez-vous Tash Sultana? L’auteure-compositrice-interprète australienne viendra nous chanter ça le 14 novembre prochain à la Place Bell après un passage très apprécié à Osheaga. D’ici là, on vous en dit plus sur cette artiste passionnante de tout juste 23 ans, qui sortira son premier album Flow State le 31 août prochain!

1. Ses débuts (très) tôt

C’est à tout juste 3 ans que Tash Sultana a commencé à jouer de la musique. C’est en fait son grand-père qui lui a donné une guitare en remarquant son intérêt pour les instruments. Depuis, elle n’a jamais cessé d’explorer!

2. Sa montée vers le succès

Saviez-vous que Tash Sultana a donné ses premiers concerts…dans la rue? Jouant en public le plus souvent possible, l’artiste a ensuite investi Bandcamp. Dès 2016, ses chansons attirent beaucoup l’attention sur YouTube. Sa chanson Jungle a notamment été entendue des millions de fois. Son premier EP Notion, sorti le 23 septembre 2016, a connu un super bon succès. Sans surprise, sa tournée de 2017 a affiché complet!

3. Un passé qui l’a rendue plus forte

Tash Sultana l’affiche ouvertement : elle a vécu de graves problèmes de consommation de drogue et d’alcool. Aujourd’hui, elle assume tout à fait cette phase sombre de sa vie. La jeune artiste affirme même que c’est la musique qui lui a permis de s’en sortir.

4. Son engagement social

Ouvertement homosexuelle, Tash Sultana n’a pas la langue dans sa poche. Elle s’est souvent prononcée contre les personnes homophobes, mais aussi racistes ou transphobes. L’artiste en a d’ailleurs marqué plus d’un en décembre dernier lorsqu’elle s’est emportée en plein spectacle : « Numéro 1: si vous êtes homophobe, sortez de mon spectacle. Numéro 2 : si vous êtes raciste, sortez de mon spectacle. Numéro 3 : si vous êtes transphobe, sortez de mon spectacle. » Et vlan.

5. Création contrôlée

Tash Sultana persiste et signe : ce n’est pas n’importe qui qui peut mettre son nez dans ses enregistrements. En entrevue avec Consequence of Sound, l’artiste a même dévoilé comment elle peut réagir si quelqu’un ose toucher à sa musique : « Ça me rend folle! Ce n’est pas sa musique. Si j’ai mis un solo de guitare de 25 minutes, je veux qu’il y retourne! Je pense que certains ont une idée de la manière dont la musique devrait sonner. Mais c’est moi qui écrit la chanson. J’écris toutes les chansons. Ce n’est pas pour cette personne que je l’ai fait. Qu’elle laisse la chanson tranquille. »

6. Sa vision de la tournée

Si l’auteure-compositrice-interprète est convaincue que ce métier est vraiment fait pour elle, elle a parfois de la difficulté à vivre le rythme fou de la tournée. Selon Tash Sultana, ça peut devenir extrêmement dur à vivre au quotidien. Si bien qu’elle a développé des trucs pour mieux gérer son ennui, comme offrir à son amoureuse de la suivre de spectacle en spectacle le plus souvent possible!

Mélissa Pelletier

Tash Sultana, le 14 novembre 2018 à la Place Bell. Pour toutes les informations, c’est ici.

* Cet article a été écrit avec evenko.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À DÉCOUVRIR AUSSI :