Crédit photo: Kyla Gilbert

« Leif Vollebekk, l’auteur-compositeur-interprète et multi-instrumentiste montréalais, avait frappé un mur. » C’est comme ça que commençait le communiqué annonçant le troisième album de Vollebekk, Twin Solitude, à sortir le 24 février prochain sous l’étiquette Secret City Records.

Un mur? Quel genre de mur? Un mur constitué de doutes, de désamour de ses propres chansons. Celui qui a sorti l’excellent Inland en 2010 et le plus modeste North Americana en 2013 a dû faire face à une dure réalité: celle de ne plus se sentir en accord avec sa propre création. S’immergeant dans le monde de Nick Drake, Vollebekk a trouvé son compte en tournée en présentant des reprises de Ray Charles ou de Townes Van Zandt. Et en se promettant qu’il allait changer sa manière de faire pour son prochain album.

Ça nous amène à Twin Solitude, qui prend la forme d’un renouveau dans le parcours de l’auteur-compositeur-interprète. Est-ce qu’on ne dit pas justement que ce sont les plus grands qui se renouvellent constamment? Avec cet opus folk et blues, Vollebekk a exploré une nouvelle manière de composer. Une nouvelle façon d’aborder sa musique avec l’aide d’Olivier Fairfield de Timber Timbre (batterie), Sarah Pagé de The Barr Brothers (harpe), Shahzad Ismaily de Marc Ribot’s Ceramic Dog (basse) et le duo de cordes Chargaux.

Ça donne dix pièces riches, intenses. Des chansons spontanées, entre piano, cordes, basse et synthétiseur et performances vocales impeccables. Si on retrouve le côté très profond de Vollebekk, on sent que ce dernier a une approche plus désinvolte. Pas de pièce trop travaillée ici : on a plutôt droit à des bijoux de simplicité comme Vancouver Time, All Night Sedans et Michigan. Une simplicité qui peut parfois verser dans la redondance, toutefois.

Twin Solitude, c’est simple, précis, et surtout, ça ne se prend pas la tête. Un album apaisant, qui ne frappera certainement pas un mur.

Mélissa Pelletier

Twin Solitude, Leif Vollebekk, 24 février 2017, Secret City Records. Leif Vollebekk sera en spectacle le 2 mars prochain à La Tulipe dans le cadre de Montréal en lumière.

À DÉCOUVRIR AUSSI: