Encres de Guido Molinari lors du duo Tourignant/Molinari en mai 1957 à L’Actuelle.
Source : Fondation Molinari

Jusqu’au 12 juin 2016, la Fondation Molinari présente probablement sa plus importante exposition à ce jour. Le public est invité à remonter le temps pour goûter, l’espace d’une visite, à l’effervescence et la folie uniques à la scène artistique des années 50. En plus de retracer un chapitre de notre Histoire, L’Actuelle, galerie d’art non figuratif (1955-1957) est une ode aux artistes et à la jeunesse.

Le lieu d’exposition de la Fondation Molinari fait partie de ces secrets trop bien gardés du monde de l’art montréalais. Située au cœur du quartier Hochelaga-Maisonneuve, cette ancienne banque fut durant une quarantaine d’années le repère du peintre Guido Molinari. La Fondation et ses espaces honorent aujourd’hui la mémoire de Molinari l’artiste, certes, mais aussi de Molinari le collectionneur et galeriste.

Avec ses plafonds hauts et son cachet, l’architecture singulière de l’édifice de la Fondation est tout indiquée pour accueillir les œuvres magistrales de l’exposition L’Actuelle, galerie d’art non figuratif (1955-1957). Conçue par les commissaires Lise Lamarche, Gilles Daigneault et Lisa Bouraly, cette rétrospective transporte le public soixante ans dans le passé, soit en 1955, au 278 Sherbrooke Ouest. Cette année-là, à cette adresse, un jeune Molinari effronté et ambitieux rassemble une bande d’artistes et, ensemble, ils choisissent de défier les conventions et d’imposer leur vision du monde et leur parole artistique.

Artistes rebelles, œuvres uniques

Durant les deux années de vie de la galerie L’Actuelle, 31 expositions ont été présentées, dévoilant 60 des artistes québécois les plus importants de leur génération, dont Paul-Émile Borduas, Marcel Barbeau, Rita Letendre, Jean-Paul Mousseau, Marcelle Maltais, Claude Tousignant, Fernand Leduc et Jean McEwen. Tous ces artistes du non figuratif avaient en commun une volonté de transgresser les règles et codes plastiques de l’époque. Tous avaient aussi le besoin de créer et de montrer leur travail, malgré le peu d’opportunité qui s’ouvrait à eux. Que faire lorsqu’aucune galerie ne souhaite nous exposer? Suffit d’ouvrir une galerie et de faire ce que bon nous semble, sans compromis. L’insouciance, l’audace, l’énergie et la passion peuvent déplacer des montagnes, ou dans le cas de L’Actuelle, marquer l’Histoire à jamais.

La grande majorité des œuvres exposées font aujourd’hui partie de collections privées, il s’agit donc pour le public d’une occasion unique de faire leur rencontre. Estampe, aquarelle, gouache, peinture, photographie : tous les moyens sont bons pour explorer la couleur, le trait, le geste. Coups de cœur pour les deux magnifiques peintures de bandes noires et blanches de Molinari ainsi que pour les deux grands Jardins de givres de Jean McEwen (deux superbes huiles blanches).

L’exposition présente des magnifiques photographies et épreuves argentiques de Guy Borremans, à faire pâlir n’importe quelle vedette instagram. Ces expérimentations du médium photographique possèdent une spontanéité rafraîchissante, rappelant la belle naïveté et l’authentique émotivité des premières œuvres.

Les artistes de la relève trouveront peut-être en Molinari et ses camarades un écho à leur rêve de liberté et d’expression.

Parce que plus ça change, plus c’est pareil. Et parce que les voyages dans le temps aussi forment la jeunesse.

Visite au fil des pages

Coédité par Les Éditions du Passage et la Fondation Molinari, rédigé par les commissaires de l’exposition, la publication L’Actuelle est une référence pour les amateurs d’art non figuratif. Plus d’une décennie de recherche et d’enquête a nourri cet ouvrage. Une bonne façon de poursuivre sa visite et de s’imprégner davantage de l’énergie des artistes de l’époque. La publication est en vente à la Fondation Molinari.

Molinari

Atelier Guido Molinari. Crédit photo : Adrien William (Détail)

L’atelier du peintre

Outre l’exposition en cours à la Fondation, les visiteurs peuvent en tout temps admirer un des espaces de l’atelier de Molinari conservé tel quel. La grande pièce lumineuse est figée dans le temps où pinceaux et chiffons portent encore la trace de leur propriétaire. Les murs et surfaces de travail sont couverts des couleurs du peintre. On peut presque y sentir l’odeur du diluant et entendre la voix du maître.

Marie Samuel Levasseur

L’Actuelle, galerie d’art non figuratif (1955-1957) est présentée jusqu’au 12 juin 2016 à la Fondation Molinari. Pour plus de détails, c’est ici.