Crédit photo : Jocelyn Gagné

Après deux mois de biennale multidisciplinaire, le Printemps autochtone d’Art 3 (PAA3) se termine déjà. Le 22 juin à la Cinquième Salle de la Place des arts, les organisateurs vous invitent à fêter l’arrivée de l’été avec Wampum-Kaionn’i!

Pour les Premières Nations, le solstice d’été est le moment idéal pour célébrer la vie et se réunir. Le concert du quatuor Kawandak mené par le célèbre contrebassiste Normand Guilbeault aura des accents de rock, blues et jazz mêlant musique occidentale et musique traditionnelle autochtone d’Amérique du Nord. Au-delà d’un simple concert, le spectacle prendra la forme d’un véritable rituel poétique, où le dramaturge Yves Sioui Durand performera des textes symboliques de la mythologie et du monde sacré des nations huronnes-iroquoises.

Le spectacle représente une occasion extraordinaire d’entrer dans l’intimité des cultures des Premières Nations.

« L’un des fondements des cultures autochtones est la parole. Quand la parole était dite, elle était sacrée. C’est ce que reflètent les Kaionn’i appelés aussi Wampum par le peuple Algonquin. »

En écho des conclusions apportées par la commission Vérité et Réconciliation, Yves Sioui Durand donnera de la voix pour honorer la vérité et dire les séquelles subies, portant ainsi l’espoir du rapprochement et de la réconciliation des peuples. C’est aussi ça le PAA3 : un combat pour obtenir une meilleure visibilité de la parole autochtone à travers l’art.

Alors que certains fêtent le 375e de Montréal, d’autres célèbreront ce soir-là, le 6375e anniversaire de Tio’tia:ke, territoire Mohawk non-cédé!

Marina Seuve

Le Printemps autochtone d’Art 3, Soirée de clôture Wampum-Kaionn’i, le 22 juin à 20h. Pour plus d’informations, c’est ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant. Remplissez le formulaire pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :

FrancoFolies 2017 : le pari orchestral de Klô Pelgag