Crédit photos : Fêtes internationales du théâtre du Collège de Valleyfield (2016)

On a beau parler d’émergence – surtout à Vue sur la relève! -, mais comment les artistes qui participeront à la 22e édition du festival, qui se tiendra du 9 au 20 mai, perçoivent-ils leur avenir? Quels sont leurs buts, leur rêves? Où se voient-ils plus tard? On part/allume/caresse (?) la boule de cristal pour un petit saut dans le temps!

Après les Ponteix, le Théâtre Escarpé, La Famille Ouellette, Le Winston Band, Lydia Képinski et Petits crimes contre l’humanité, place à la dernière entrevue avec la Tribu d’Éperdus! Entre conte, théâtre, musique, chanson et humour, les gars vous attendent le 17 mai à 20h à la Maison de la culture Mercier!

Comment se porte la relève aujourd’hui d’après toi?
La relève va bien, surtout en musique, en théâtre et en humour. Je crois cependant que la relève du conte manque de plateformes pour s’exprimer. Le talent qu’on retrouve dans ce domaine est aussi varié que relevé.

Quel est ton plus grand modèle artistique?
Yvon Deschamps

Quand considéreras-tu que tu ne fais plus partie de la relève?
Si j’arrive un jour à vivre de mon art.

Si on te croise dans 10 ans, tu seras…
Toujours artiste.

Tu peux choisir qui tu veux pour une collaboration. Qui est l’heureux(se) élu(e)?
Fred Pellerin.

Un génie t’offre de réaliser ton plus grand rêve de carrière, là. Tu choisis quoi?
Conteur professionnel.

Sur ta pierre tombale, on écrit «star internationale de renom», «légende québécoise qui a marqué son peuple» ou…?
Quelqu’un qui voulait raconter des histoires.

– Propos recueillis par Mélissa Pelletier

Vue sur la relève, du 9 au 2 mai 2017. Pour découvrir toute la programmation, c’est ici.

Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant. Remplissez le formulaire pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :

Vue sur la relève 2017 : 7 questions « boule de cristal » à Lydia Képinski