C’est sur la glace que Danse Danse nous invitait à assister au spectacle Threshold (Seuil). Après plus de trois ans de travail, la compagnie montréalaise de patinage contemporain nous a présenté, en avant-première mondiale, la nouvelle proposition de Patin Libre. C’est sur des étangs gelés que la compagnie a fait ses premières glissades en 2005. Aujourd’hui dans l’Aréna Saint-Louis, les cinq anciens patineurs de haut niveau ces athlètes performent devant nos yeux, mais aussi poétisent. Une alternative unique qui nous a fascinés.

Un théâtre éphémère envoûtant

Arrivé dans l’aréna, le public s’installe à même la glace, recouverte par quelques couvertures pour ne pas geler durant la prestation. Et dès le départ, c’est le défi technique qui saute aux yeux. Les lumières sont nombreuses et placées sur les côtés de la glace. Une épaisse fumée est suspendue dans les airs et côtoie des nuages de vapeur. Le tout, dans une ambiance bleutée apaisante et envoûtante. C’est beau.

Les artistes se positionnent sur cette scène éphémère. Les bruits de leurs lames commencent, intriguent et forment une sorte de musique. Le public est proche et reçoit courant d’air et légers jets de neige. C’est toute une expérience sensorielle qu’offre cette création.

Les scènes s’enchaînent, les minutes défilent avec les couleurs englobantes et variées de la scénographie, qui ressemble parfois à la mer, parfois à une galaxie. Fascinant. Musicale, rythmée et personnelle, la chorégraphie nous a elle aussi subjugué.

Vertigineuse poésie

Les cinq artistes maîtrisent bien leur art si novateur. À la fois danseurs et patineurs, ils transmettent une émotion tout en glissant de façon très technique. Le groupe nous offre une fluidité et une élégance très bien dosées. Les lames caressent la glace. Les artistes semblent contrôler le temps par des arrêts nets et des suspensions très dansées, très flottantes. Ils savent aussi nous saisir par des courses fougueuses et des tours virtuoses où la musicalité effrénée des lames joue tel un tourne-disque. Les cinq interprètes dessinent sur la glace des trajectoires aux possibilités infinies et à la précision vertigineuse.

Comme dans n’importe création de danse, Le Patin Libre construit l’espace et crée des combinaisons visuelles de toute sorte. On y retrouve des solos, des moments de synchronisation du groupe ou d’une partie du groupe ainsi que des contrepoids très clairs et très appréciables.

Dans la deuxième partie, on découvre les particularités de chacun et les possibilités techniques à deux, à trois. On y retrouve même un peu de moments au sol (et on les plaint pour le froid !) et des jeux avec le poids corporel, très intéressants et très bien amenés. En relâchant, ils tournent, ils courent, ils laissent aller leur corps sur la glace et semblent à la fois en concentration et à la fois en contemplation.

De beaux moments où la danse et le patin ne faisaient plus qu’un.

Léa Villalba

Le Patin Libre présentera sa pièce Threshold (Seuil) à l’Aréna Saint-Louis jusqu’au 22 avril et partira ensuite en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Pour toutes les informations, c’est ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :