Crédit photo : Margaret Thompson

Pour sa vingtième édition qui se tenait du 9 au 19 novembre 2017, les RIDM se sont refait une beauté. Derrière le design graphique éclatant d’Aude Choppin se cache une programmation de 142 films documentaires d’ici et d’ailleurs. J’ai eu la chance de découvrir de véritables joyaux cinématographiques qui renversent la croyance populaire associant le cinéma documentaire à de simples entrevues ou reportages télévisés. Ce sont des films qui percutent avec audace et qui touchent avec sensibilité. Des films qui font réellement voir le monde autrement.

Taste of Cement de Ziad Kalthoum

Taste Of Cement – Trailer from Syndicado on Vimeo.

Ce film d’une émouvante sensibilité porte un regard sur des travailleurs de la construction syriens réfugiés au Liban. Malgré la destruction de leur pays d’origine sous les coups de canon, ils se démènent à reconstruire leur pays d’adoption sous les coups de marteaux.

Au-delà du message politique manifeste, c’est la profonde poésie du film qui en fait sa puissance émotive. Le rythme lent, les images soigneusement composées et l’ambiance sonore envoûtante font du film une expérience onirique de la réalité de ces travailleurs. Des hommes qui sont confinés douze heures par jour dans des dortoirs insalubres, n’ayant pour seul lien avec leur pays d’origine que les médias sociaux et les images déchirantes qui y sont partagées. Mais on ne perçoit aucune haine dans le regard de ces hommes ; c’est la nostalgie qui les habite. Le souvenir d’un pays qu’ils devront reconstruire.

Personne ne parle dans ce film, nul n’en a la force. Mais quels mots pourraient traduire leur état d’âme? À travers son documentaire Taste of Cement, Ziad Kalthoum donne une voix à ces travailleurs à qui on a volé la parole.

In the Intense Now de João Moreira Salles

In the Intense Now (No Intenso Agora) – Bande-annonce – Trailer from RIDM on Vimeo.

Avec les grèves étudiantes de 2012 qui s’effacent peu à peu de la mémoire collective, In the Intense Now du réalisateur brésilien João Moreira Salles vient raviver le désir latent de révoltes pour le changement.

Mêlant archives des manifestations de mai 68 en France, des films amateurs du Printemps de Prague ainsi que des images candides tournées par la mère du réalisateur, ce documentaire expose avec brio les vents de révolte qu’ont connus les années 60. Créant des parallèles entre les étudiants parisiens, les citoyens de Prague et les maoïstes chinois, le réalisateur dresse le portrait d’un désir commun de manifester contre un système capitaliste défaillant. En véritable archiviste, il crée des liens que le recul et le regard critique sur l’histoire mènent à comprendre. Mais In the Intense Now n’est pas un simple cours d’histoire. C’est surtout un regard émouvant sur une époque révolue qui continue d’inspirer les nouvelles générations.

Dans un contexte contemporain, ce film rappelle le déséquilibre dont souffre encore et toujours notre société. Des inégalités sociales que l’on peine à surmonter, et ce à tous les échelons de la société. La solution serait peut-être de démonter cette échelle en question?

Cielo de Alison McAlpine

Trailer STF from Alison McAlpine on Vimeo.

Alison McAlpine n’est qu’à son premier long métrage documentaire. Pourtant, Cielo témoigne d’une maturité remarquable. Prenant comme terrain de jeu le désert chilien de l’Atacama et le l’immensité du ciel qui le recouvre, la réalisatrice fait plonger le spectateur dans un monde d’étoiles et de rêves.

Une trame narrative tenue par la réalisatrice elle-même fait part de ses réflexions et de son rapport poétique au ciel, à l’espace, à l’univers. À travers des images magnifiquement composées, on rencontre des astronomes rêveurs en quête de vérité, mais les rencontres les plus touchantes sont celles des habitants du désert. Tout ça, sans contexte. On comprend rapidement que ces personnes peuplent le désert, dans des taudis de tôle et de toile. Elles sont dotées d’une lucidité aiguë et appréhendent le monde avec maturité et sagesse ; elles ne possèdent rien, si ce n’est l’immensité du ciel étoilé les nuits sans nuage. Leur plus grande richesse, c’est l’infini de l’univers.

Cielo nous transporte hors des villes saturées de lumière afin de nous donner la chance de porter un second regard sur le ciel. On en sort troublé, comme réveillé d’un rêve trop beau pour se terminer.

– Anthony Dubé

Les Rencontres internationales du documentaire de Montréal, du 9 au 19 novembre 2017. Pour toutes les informations, c’est ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :